Lauréats

Médecin de famille de l’année – Prix Reg. L. Perkin

Le prix sera décerné tous les ans et aura pour but de rendre hommage au médecin de famille qui, de l'avis du Comité des bourses du Collège, a fait la contribution totale la plus remarquable à sa communauté durant une année donnée. On sait qu'il existe dans chaque communauté des médecins de famille qui, souvent sans faire de bruit, participent activement aux programmes de leur communauté. Ce prix a pour but de mettre ces médecins à l'honneur. (Le prix du médecin de famille de l'année a été approuvé par le Conseil des directeurs du Collège durant la réunion semi-annuelle de septembre et sera décerné pour la première fois en 1972. Le prix, qui s'élève à $1,000, plus les frais de voyage et de subsistance du récipiendaire et de son épouse (ou époux) a l'assemblée annuelle et au congrès scientifique, est un don des McNeil Laboratoires (Canada) ltée).

Ces prix, nommés en l’honneur du Dr Reg L. Perkin qui fut directeur général du CMFC (de 1985 à 1996), reconnaissent le mérite de médecins de famille membres du CMFC qui illustrent le mieux la définition du médecin de famille, notamment par la prestation de soins exemplaires à leurs patients et une contribution significative à la santé et au bien-être de leur collectivité et/ou de la société en général. Chaque récipiendaire de ce prix devrait incarner les quatre principes de la médecine familiale dans l’exercice de ses fonctions : clinicien compétent et efficace; œuvrant dans la communauté; agissant comme ressource pour une population de patients; et reconnaissant l’importance primordiale de la relation médecin-patient.

Chacune des sections provinciales du CMFC sélectionnera un Médecin de famille de l’année dans sa province. Ces individus seront honorés lors de l’Assemblée scientifique annuelle/Assemblée générale annuelle de leur section provinciale et, sur la scène nationale durant le Forum en médecine familiale (FMF). À cette occasion, chaque récipiendaire recevra un Prix Reg L. Perkin comme l'un des Médecins de famille canadiens de l’année. Chaque prix comprend l'inscription gratuite et la somme de 1 500 $ couvrant les frais de voyage et autres dépenses pour participer au Forum de médecine familiale (FMF). (Ce n’est qu’en 2002, qu’un médecin de familiale par province fut reconnu. Antérieurement il n’y avait qu’un médecin de famille canadien par année).

Au Québec, ce n’est qu’en 1993 que la section a décidé de nommer un médecin de famille québécois de l’année. Ce dernier serait présenté l’année suivante pour le titre du médecin de famille canadien. Reconnu par ses pairs pour ses connaissances cliniques;

 


1993
Dr David Tector aurait été le premier à recevoir ce titre. (Nous sommes à la recherche de document pour confirmer cette information)



1994
Nous poursuivons nos recherches pour retrouver qui était médecin de famille de l’année.


1995
mf_Réjean Ménard.jpgDr Réjean Ménard
premier québécois à être nommé médecin de famille de l’année canadien.

Le docteur Ménard est d'abord et avant tout une personne d'une intégrité intellectuelle sans reproche. Il a une pratique médicale polyvalente, un souci de l'excellence et il s'est engagé pleinement au sein de sa communauté (Granby) en excellent médecin de famille. Le docteur Ménard défend les intérêts de la médecine familiale au Québec depuis près de vingt ans. La Section du Québec particulièrement lui doit sa structure administrative actuelle qui est l'assise de tout développement futur.

Au niveau national, le docteur Ménard a œuvré au sein du Comité de la Main d'œuvre médicale; il a participé aux examens de certification et, plus récemment, il est devenu le pivot du Comité québécois sur le SIDA. C'est grâce à son leadership et à ses convictions profondes dans la médecine familiale que cette activité est devenue aussi florissante pour notre section.

LE DOCTEUR RÉJEAN MÉNARD médecin de famille de l’année 1995
Selon un ancien aphorisme, « si vous avez besoin d’aide, faites appel à un homme débordant de travail, de joie et de vie. » C’est probablement la meilleure façon de caractériser le médecin de famille de l’année 1995, le docteur Réjean Ménard, cofondateur du centre de médecine familiale de Ganby, Québec. « À un âge où bien des médecins cherchent à ralentir leurs activités, le Dr Ménard continue à consacrer toute son énergie à une pratique médicale intense et diversifiée », écrit le docteur Jacques Bergeron, président du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens, Centre hospitalier Granby.


Depuis 25 ans, le docteur Ménard a une pratique qui devrait être l’objectif de tous les jeunes médecins de famille : une pratique complète et polyvalente. Fondateur en 1971 du Centre de médecine familiale de Granby, « le docteur Ménard et ses collègues ont fait de cette clinique un milieu modèle de soins en médecine de famille », comme l’a souligné le docteur Paul Grand’Maison, directeur du département de médecine de famille, Faculté de médecine, Université de Sherbrooke.

En plus de s’occuper depuis plus de 15 ans de la supervision des résidents en médecine familiale, le docteur Ménard est également chargé des activités d’éducation médicale continue. Il a été nommé professeur d’enseignement clinique au Département de médecine de famille de l’Université de Sherbrooke en 1977 et, depuis cette date, la clinique de médecine familiale de Granby et l’Hôpital de Granby accueille continuellement des étudiants en médecine et des résidents en médecine de famille pour des stages de formation.

Il travaille au niveau de la section du Québec du Collège des médecins de famille depuis 1979. Membre de l’exécutif de 1980 à 1985, il a été président de la Section Québec du Collège en 1985 et président de son conseil d’administration en 1986. Depuis, il a surtout coordonné les activités d’éducation médicale continue de la Section Québec du Collège des médecins de famille du Canada.

À l’échelle nationale, il est examinateur pour l’examen de certification du Collège des médecins de famille du Canada depuis 1982. Il a été le représentant du Québec au sein du Comité de la main-d’œuvre médicale en 1989-90.

Le docteur Ménard a été nommé « fellow » du Collège des médecins de famille du Canada en 1988.

Ses activités dans le domaine de l’éducation sont remémorées par la remise annuelle du « Prix Réjean Ménard » au résident en médecine familiale qui a effectué la présentation jugée la plus intéressante lors des conférences scientifiques tenues chaque semaine au Centre hospitalier de Granby. Au cours des dernières années, il a été responsable d’organiser une série de programmes d’éducation continue sur l’infection due au VIH, la relation médecin-patient et l’éducation des patients pour les aider à cesser de fumer.

Marié depuis plus de 25 ans, le docteur Ménard est père de trois filles qui sont maintenant de jeunes adultes. Il participe à maintes activités communautaires et siège notamment au sein de plusieurs comités scolaires aux niveaux primaire, secondaire et collégial. Outre sa participation à l’organisation des loisirs de la ville de Granby, il s’occupe également d’activités pastorales dans sa paroisse.

Le Collège des médecins de famille du Canada estime que c’est un grand privilège qu’une personne aussi idéale que le docteur Réjean Ménard ait remporté le Prix de médecin de famille de l’année 1995. Son dévouement et son dynamisme lui permettent de mener à bien chacune des missions qu’il entreprend1.

1 Dans le médecin de famille canadien mai 1995 un article qui décrit le Dr Ménard



1996
mf_Michael Malus.jpgDr Michael Malus

Membre du Collège des médecins de famille depuis 1981, Docteur Malus a démontré des qualités exemplaires et conformes aux quatre principes de la médecine familiale du Collège.

Fondateur et directeur du «Teenage Health Unit» à l’Unité de médecine familiale du «Jewish General Hospital», il est aussi professeur au Département de médecine familiale de l’Université McGill et est très apprécié par les résidents(es) et les externes. Docteur Malus s’intéresse plus particulièrement aux problèmes de santé des adolescents. Il a aussi développé un programme visant la diminution du taux de MTS et de grossesses chez cette population.

De plus, il a développé un programme de «Counselling» ayant comme objectif de réduire le taux de suicide chez la population adolescente inuite de la Baie d’Hudson.

Parallèlement à toutes ces implications, il maintient une pratique diversifiée incluant l’obstétrique et l’urgence. Il est aussi l’auteur de nombreuses publications et présentations et il participe activement à des activités de recherche.

mf_Before the end of the day ichael Malus.jpgDocteur Malus se veut aussi un écrivain à ses heures. Il a récemment publié un livre intitulé: «Before the end of the day», lequel décrit ses années de travail parmi la population indigène de l’Amérique du Nord.

Nous désirons reconnaître le talent, la volonté et le haut niveau d’implication du docteur Malus pour l’amélioration de la qualité de vie et de la santé de la population, ainsi que pour le développement de notre discipline, la médecine familiale.

Personnalité la Presse 17 décembre 2012, avec le Dr Hartley Stern
La clinique du Centre universitaire sans rendez-vous (CRUI) de l’Hôpital général juif de Montréal est un endroit unique en son genre. Des téléavertisseurs sont remis aux patients afin qu’ils évitent de longues heures d’attentes, et six professionnels, notamment un travailleur social et une nutritionniste, y sont présents en tout temps. Ce groupe de médecine familiale (GMF) pourrait bientôt faire des petits. Le Dr Malus, directeur de cette clinique, souligne que la clé du succès est, avant tout, le travail d’équipe. « Et le patient fait aussi partie de cette équipe ».

Janvier 2014, il est récipiendaire de la Médaille du jubilé de diamant de la reine Élisabeth II
La Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II a été créée en 2012 dans le cadre des célébrations qui ont marqué le 60e anniversaire de l’accession au trône de Sa Majesté la reine Elizabeth II en tant que Reine du Canada. Cette médaille commémorative a permis au Canada de rendre hommage de façon tangible à Sa Majesté pour son dévouement envers notre pays; cette distinction a également permis de reconnaître les contributions et réalisations de Canadiennes et de Canadiens. Durant l’année de célébration, 60 000 Canadiennes et Canadiens ont été reconnus pour leur mérite.

Pour qu’une variété de champs d’activités soit représentée, des partenaires gouvernementaux et non gouvernementaux avaient été identifiés par le gouvernement du Canada et invités à envoyer la nomination des candidats au sein de leur communauté ou de leur organisation pour l’octroi de cette distinction honorifique nationale.



1997
mf_Stuart Glaser.jpgDr Stuart Glaser, Mont-Royal
Américain d’origine, le docteur Glaser est venu s’installer à Montréal en 1966, afin de poursuivre des études en sciences. Après avoir complété sa résidence en médecine familiale en 1976, il décide d’établir sa pratique à Mont-Royal et d’évoluer dans le contexte du système de santé canadien.

Depuis lors, le docteur Glaser a surtout pratiqué en solo, tout en assurant un service de garde ainsi qu’un suivi étroit pour ceux ou celles de ses patients, nécessitant une admission en centre hospitalier. Concurremment, il a travaillé à la salle d’urgence du Centre Hospitalier St-Mary’s pendant 18 ans, en plus d’enseigner à l’Unité de médecine familiale, à temps partiel et de siéger sur nombre de comités, dans le même hôpital.

Il est actuellement professeur agrégé de clinique en médecine familiale, à l’Université McGill et il organise depuis 1980, la “Mise à jour annuelle pour les médecins de famille” de l’Hôpital Royal Victoria, une activité de formation médicale continue qui connaît beaucoup de succès, attirant bon an mal an, entre 250 à 300 participants, provenant des quatre coins de l’Amérique.

Le docteur Stuart Glaser, a aussi donné des conférences pour le grand public, sur la lombalgie et sur les maladies cardiovasculaires, et a publié deux articles se rapportant à la “sigmoïdoscopie en pratique générale”.

Finalement, en dehors de la médecine, le docteur Glaser est dévoué pour sa famille, ses deux enfants et à un intérêt pour l’anthropologie, l’ornithologie et la construction d’objets miniatures.



1998
mf_Bernard Raymond.jpgDr Bernard Raymond nous recherchons des articles et des informations supplémentaires.





1999
mf_Vania Jimenez Sigouin1999_09_01.jpgDre Vania Jimenez Sigouin, Médecin de famille de l’année pour le Québec et pour le Canada. Son prix pour le Québec lui a été remis lors de notre conférence de presse en septembre dernier. Dre Jimenez-Sigouin a d’ailleurs été nommée personnalité de la semaine pour la Presse en mai dernier.

Chercheuse, clinicienne, obstétricienne et psychothérapeute, le Dr Vania Jimenez-Sigouin, un médecin de famille qui exerce à Montréal, a été nommée médecin de famille canadien de l'année 1999 par le Collège des médecins de famille du Canada (CMFC).

Membre de l'AMLFC, la Dre Jimenez-Sigouin est directrice de l'unité de médecine familiale et directrice des services médicaux au CLSC Côte-des-Neiges, qui dessert une population pluriethnique de 130 000 patients provenant de plus de 150 pays. Grâce à son implication en obstétrique et à ses habiletés interpersonnelles, elle a contribué à la création du centre des naissances du CLSC, que le gouvernement a identifié comme projet pilote pour la participation des sages-femmes dans la communauté.

Elle s'intéresse entre autres à l'influence de la culture sur la maladie, ce qui l'a amenée à faire de la recherche dans le domaine de la santé de l'enfant et la santé des immigrants, plus précisément en ce qui a trait aux problèmes de violence et de santé mentale. En 1997-98, elle a dirigé par intérim le Centre d'excellence Métropolis sur l'immigration, l'intégration et la dynamique urbaine. La même année, elle s'est jointe à une mission en Arménie dirigée par l'Agence canadienne de développement international afin de contribuer à la santé maternelle et infantile dans ce pays.

Elle est également psychothérapeute diplômée à exercer la thérapie Gestalt, et elle a siégé pendant deux années au comité directeur du Système canadien de surveillance de la périnatalité, une division du Laboratoire de lutte contre la maladie à Ottawa. Elle enseigne l'obstétrique aux résidents en médecine familiale à l'Hôpital général juif de Montréal et est chargée du cours  « Introduction to the Patient » à la faculté de médecine de l'Université McGill où elle est aussi professeure agrégée au département de médecine familiale et directrice de la division recherche en médecine familiale.

Elle est consultante médicale à la Direction de la santé publique de Montréal-Centre. Elle est aussi instructrice du programme de soins avancés en néonatalogie et du programme de soins avancés en obstétrique (ALSO) du CMFC. Elle a présenté plus de soixante articles scientifiques et conférences.

Elle maîtrise l'anglais, le français, l'espagnol, l'arabe et l'arménien. Mariée à Isidore Sigouin, elle est mère de sept enfants maintenant âgés de 10 à 28 ans.

"C'est le fait d'avoir sept enfants qui m'a préparée à la tâche, nous explique la Dre Jimenez-Sigouin. Les enfants sont une bénédiction et ma plus grande source de bonheur. J'étais étudiante en médecine lorsque j'ai eu mes deux premiers enfants et au terme de mes études, je suis déménagée à Saint-Ours, un petit village adorable d'environ 2 000 personnes situé sur la rive sud de Montréal. J'y suis demeurée pendant treize ans parce que j'étais la seule médecin de cette communauté, et que je sentais qu'on avait besoin de moi. C'était également un endroit merveilleux pour élever mes enfants."

Elle s'est résolue à quitter Saint-Ours lorsque ses enfants sont devenus en âge de fréquenter le collège Stanislas à Montréal. Elle espère toujours y retourner un jour; c'est là qu'elle aimerait terminer sa carrière médicale en exerçant la médecine familiale rurale.

Vania est née en Égypte de parents arméniens qui étaient enseignants. Elle a émigré au Canada à l'âge de 18 ans. Son intérêt pour la médecine est né à l'âge de 8 ans lorsqu'elle s'est passionnée pour Albert Schweitzer. "Je lisais tous ses livres et j'écoutais sa musique. Puis, un jour, j'ai décidé que je voulais être exactement comme lui. Ma vision, même à ce jeune âge, était d'aller un jour dans la brousse africaine et de travailler avec les enfants."

Vania a étudié les sciences générales et la physique, et obtenu un B.Sc. à l'Université McGill. Elle a terminé ses études médicales à l'Université McGill en 1971. Elle a été certifiée du CMFC en 1983 puis fellow du CMFC en 1995.

L'interaction avec ses patients est la partie la plus gratifiante de son travail clinique. "L'avantage d'apprendre toutes ces différentes cultures, nous dit-elle, c'est que cet effort vous amène éventuellement à mieux vous comprendre vous-même. Il fallait que je fasse cet exercice si je voulais interagir avec tous ces groupes culturels différents et établir une relation solide, basée sur la confiance. Dans une clinique comme celle de Côte-des-Neiges, ceci vous permet d'en arriver à communiquer véritablement avec un patient, amenant ainsi l'exercice de la médecine à un niveau beaucoup plus élevé et efficace." Elle traite de nombreux réfugiés d'un peu partout à travers le monde, victimes de violence et de troubles sociaux. Elle est toujours agréablement surprise de la courtoisie que démontrent ces patients du Vieux Monde en dépit des tragédies personnelles qui les ont marqués.

Vania est une adepte enthousiaste et énergique de la recherche médicale. Sa passion la plus récente est le travail qu'elle a effectué sur la violence conjugale et ses effets sur les enfants qui en sont témoins. "Les enfants, nous confie-t-elle, décident souvent d'être violents lorsqu'ils ont grandi dans un milieu violent, mais ce comportement est modifiable. Notre recherche, effectuée auprès de 200 enfants et leurs familles, nous a permis d'espérer que, si nous pouvions trouver des facteurs de protection chez les enfants sains et ne présentant pas de problème de santé mentale, nous pourrions alors les extrapoler et les appliquer à ceux qui sont à risque et, par conséquent, briser le cycle. L'enfant victime de violence conjugale porte en lui la semence de la violence. Des études de cohortes nous ont appris que le risque de violence à l'âge adulte est beaucoup plus élevé chez les garçons. Les filles qui vivent des situations semblables sont à risque beaucoup plus élevé de s'engager dans une relation violente à l'âge adulte."

Les chercheurs ont constaté que l'affection est le facteur qui protège les enfants à risque. En d'autres termes, le maternage des enfants et le fait d'être présents lorsqu'ils ont peur contribuent à protéger les enfants. "En fait, les aimer aide énormément." L'autre constatation importante, c'est que les enfants qui ne sont pas témoins de la violence conjugale ne sont pas plus affectés que ceux qui grandissent dans des familles où règne l'harmonie. "Nous conseillons à nos patients qui ont des problèmes de s'assurer que les enfants ne soient pas présents lorsque monte la tension. Si les parents sont forcés de le faire, ils doivent expliquer aux enfants ces situations, tout comme ils le feraient avec un étranger. Les enfants n'ont pas à être témoins ni impliqués dans les problèmes conjugaux de leurs parents."

Lorsqu'on la questionne sur l'avenir de la médecine familiale, le Dr Jimenez-Sigouin repense à ses débuts en pratique familiale. "L'image qui me revient est celle de Saint-Ours où j'ai exercé au terme de mes études médicales. Si nous pouvions recréer le climat d'un village au sein de nos communautés urbaines, je pense que nous pourrions retrouver les aspects positifs de la médecine familiale comme elle était à cette époque. Nous devons toutefois entretenir cette vision et la garder présente à l'esprit. Si nous travaillons dans cette perspective, nous sommes sur la bonne voie."

Malgré un horaire trépidant et une vie familiale et professionnelle fort chargée, le Dr Jimenez-Sigouin demeure une oasis de paix et de satisfaction. L'équilibre et la stabilité dans sa vie, elle les attribue à la relation étroite qu'elle entretient avec son mari et ses enfants. Sa philosophie de vie est simple : "Fais ce que tu aimes; tu excelleras dans ce domaine et tu seras heureux. On puise la satisfaction et la paix véritables à l'intérieur de soi et non à l'extérieur."

Mentionnons en terminant que la Dre Vania Jimenez-Sigouin avait également reçu en 1998 le Prix des médecins de coeur et d'action, décerné conjointement par l'Association des médecins de langue française du Canada et le Groupe L'Actualité médicale2.

2 http://132.210.161.89/amlfc/Articles/1999_09_01



2000
mf_Diane Clavet.jpgDre Diane Clavet nous recherchons des articles et information d’informations supplémentaires





2001 - 2002
mf_Marc Billard .jpgLe Docteur Marc Billard a été choisi le médecin de famille de l'année pour le Québec 2001-2002.

Le Dr Billard a reçu son diplôme en médecine à l'Université de Montréal en 1980, puis sa certification en médecine familiale dans le réseau de la même université en 1983 et son titre de Fellow, en octobre 2001.

Depuis 1981, il exerce comme médecin de famille à la clinique médicale Lorraine et, très tôt dans sa carrière, il a veillé à défendre les intérêts et la place importante que doivent avoir les médecins de famille dans un grand hôpital de deuxième et troisième lignes. Il continue toujours d'hospitaliser ses patients à la Cité de la Santé de Laval, de faire en moyenne 75 accouchements par an et de suivre des patients en pédiatrie.

Le parcours du Dr Billard se distingue également par une activité administrative assez importante, qui représente environ le quart, de ses activités professionnelles. Ainsi il est chargé de la formation clinique à l'Université de Montréal et il supervise les résidents à la salle d'accouchement, ainsi qu'en pédiatrie. De plus, il a siégé à plusieurs comités à la Cité de la Santé, où il est actuellement chef du département de médecine générale et familiale. De plus, il est examinateur et coordonnateur des SOO aux examens du Collège des médecins de famille du Canada (depuis 1990) ainsi qu'au Collège des médecins du Québec (depuis 1998).

Le Dr Billard participe aussi aux activités de sa communauté, à la fois comme médecin-vulgarisateur de notions élémentaires de médecine sportive et comme simple citoyen. Il a été membre et président du Conseil d'administration de l'Association du hockey mineur de Rosemère et de Lorraine, puis président du Comité organisateur de Rosemère en Santé et médecin bénévole à la course de 10 km de Lorraine. Il est aussi entraîneur pour l'Association de soccer de Rosemère. Enfin, il est membre du comité directeur du DRMG de Laval et il suit avec intérêt l'émergence des futurs Groupes de médecins de famille proposés par la Commission Clair. Mentionnons enfin qu'il est marié et père de quatre enfants.



2003
mf_Richard Boulé.jpgDr Richard Boulé

Le Dr Boulé est un exemple de dévouement à la médecine familiale et à l’éducation médicale. Diplômé de l’Université Laval en 1978 et certifié en médecine familiale en 1980, il a depuis assumé de nombreuses responsabilités. Durant une journée normale de travail, il exerce la médecine familiale à l’Unité de médecine familiale de l’Estrie, il enseigne à l’Université de Sherbrooke et met ses qualités de leadership à profit comme directeur du Département de médecine de famille de Sherbrooke. Le Dr Boulé enseigne à l’Université de Sherbrooke depuis 1988. L’une de ses priorités est de s’assurer que ses étudiants comprennent bien à quel point il est gratifiant d’exercer la médecine familiale. Il leur fait partager son amour de sa profession. Au fil des ans, il a donné bénévolement son temps pour soutenir des causes environnementales au sein de sa communauté, pour aider à promouvoir le théâtre de sa localité et pour éduquer et sensibiliser les médecins et le public à la sclérose en plaque. Le Dr Boulé vit dans le Canton de Magog avec son épouse et ses deux fils. Ses passe-temps préférés : la bicyclette, les sports d’hiver, le cinéma et la lecture.





2004
mf_Francine Léger .jpgDocteure Francine Léger

La Dre Francine Léger a pratiqué la médecine familiale depuis qu’elle avait gradué de l’Université de Montréal. En plus d’avoir été chef de l’unité de périnatalité à l’hôpital St-Luc de Montréal, elle a supervisé les étudiants en médecine et elle a enseigné également au département de médecine familiale à l’Université de Montréal.

La Dre Léger a joué un rôle majeur dans la promotion du Collège québécois des médecins de famille (CQMF). Elle a aidé à planifier le 10e anniversaire de la journée des « Femmes en médecine ». Ensuite, durant son mandat en tant que présidente du CQMF, elle et son équipe ont utilisé plusieurs tactiques pour promouvoir la section québécoise comme : créer de nouveaux ateliers d’éducation médicale continue, sécuriser un partenariat avec divers organismes de la santé, collaborer avec le journal l’Omnipraticien.

La Dre Léger a également pris position afin de défendre le rôle la médecine familiale au Québec à un moment où ce n’était pas considéré important. Elle a siégé également sur plusieurs comités provinciaux et fédéraux touchant divers domaines incluant la nutrition, la vaccination et les ITSS.

En 1994, elle a été nommée « Fellow » du Collège canadien des médecins de famille. Plusieurs femmes médecins considèrent la Dre Léger comme un modèle à suivre parce qu’elle est le portrait type de la médecin de famille accomplie, mère de famille, aussi bien qu’un mentor pour plusieurs de ses élèves. Adolescente, elle savait déjà qu’elle aimait aider les gens et sa famille a joué un grand rôle dans son choix de carrière : son père, grand-père et ses oncles étaient tous médecins.

Mère de deux adolescents, la Dre Léger a été bénévole sur différents comités scolaires. Elle affectionnait la lecture, le cinéma, le ski alpin et le tennis, lecture, le cinéma, le ski alpin et le tennis. 



2005
mf_Marie-Dominique Beaulieu .jpgDre Marie-Dominique Beaulieu

Titulaire de la chaire Docteur Sadok Besrour en médecine familiale de l'Université de Montréal depuis 2001.

"La Dre Beaulieu fait partie des médecins qui ont le plus contribué à rehausser l'image de la médecine familiale auprès des médecins spécialistes, du grand public et des établissements".

Professeure agrégée au département de médecine familiale de l'Université de Montréal, elle est chercheuse au centre de recherche du CHUM et chercheuse associée au groupe interdisciplinaire de recherche en santé (G.R.I.S).  Elle s'est aussi fait connaître du grand public grâce à sa participation à l'émission consacrée à la santé Ça va? à Radio-Canadaet elle collabore régulièrement à l'émission radiophonique scientifique années-lumière.

Depuis le début de sa carrière, la lauréate s'est beaucoup investie dans la recherche en médecine familiale, plus particulièrement dans l'application des recommandations cliniques et des pratiques préventives dans la pratique professionnelle quotidienne des médecins de famille.

Le domaine de la recherche en médecine de première ligne était embryonnaire lorsque la Dre Beaulieu a décidé de lui consacrer la majeure partie de sa vie. Enfin des médecins de famille réfléchissaient sur nos propres gestes, nos problématiques et nos particularités de médecins de première ligne. La démarche clinique d'un médecin de famille existe et ne sert pas qu'à trier le patient vers la bonne spécialité.  Il est possible par une recherche spécifique d'outiller davantage les médecins de famille dans leur pratique professionnelle.

Femme de tête impressionnante, structurée et passionnante, Dre Beaulieu est demeurée accessible et d'une belle humanité.  On la sent convaincue et transportée par des motivations très élevées, dont celle de contribuer à la rigueur scientifique de la médecine familiale.



2006
mf_Carlo Jean-Louis.jpgDr Carlo Jean-Louis

Leadership humanitaire dans sa communauté

Dr Carlo Jean-Louis est né en Haïti, a grandi et il reçut son éducation à Port-au-Prince.

À l'âge de six ans, Carlo informe ses parents de son désir de devenir comptable, professeur ou médecin. Devant l'insistance de ceux-ci à limiter son choix à une seule profession, il répond: "Si je dois choisir un, je veux être Dieu". Il choisit finalement la médecine et obtient son diplôme de l'Université d'État d'Haïti en 1976. Carlo immigre au Québec en 1977.

Avant d'obtenir sa licence pour pratiquer au Québec, il cofonde le "Centre d'aide aux professionnels immigrants" afin de venir en aide aux immigrants cherchant de l'emploi dans leur profession. En 1987, Carlo parvient à reprendre sa profession de médecin de famille au CLSC-CHSLD de la MRC Denis-Riverain à Ste-Anne-des-Monts dans la péninsule de Gaspé.

Humanitaire reconnu, Carlo poursuit la pratique de la médecine, tout en travaillant sans relâche à appuyer les droits des nouveaux arrivants dans la communauté de Gaspé. Il est le Président fondateur du club de soccer "Constellation des Monts", dont le mandat est de promouvoir la forme physique et un style de vie saine auprès des jeunes. Président honoraire de la fondation de l'Hôpital des Monts, il agit comme examinateur pour le CFMC. Carlo, son épouse Rose-Marie et leurs trois enfants s'impliquent également auprès de leur église.

Carlo est reconnu par ses collègues pour son enthousiasme, sa bonté et les judicieux conseils qui caractérisent plusieurs médecins de famille.

Il reconnaît que l'expérience acquise à grandir en Haïti lui a permis de développer ses sens d'altruisme et de philanthropie, lesquelles qualités sont utiles pour un leadership humanitaire dans la communauté et à son engagement comme médecin de famille.

Carlo prend un réel plaisir à s'acquitter des exigences de sa noble profession.



2007
mf_Marie-Thérèse Lussier .JPGDre Marie-Thérèse Lussier

Dans le cadre de mon travail clinique, j’en suis rapidement venue à réaliser que ma formation en psychologie m’aidait énormément à comprendre les problèmes de santé des patients et à en déterminer l’impact sur leur vie quotidienne et sur celle de leur famille. »

Dre Lussier a grandi sur la Rive-Sud de Montréal. Elle a terminé ses études de premier cycle à l’Université de Montréal en 1982, puis a suivi une formation en médecine familiale qui l’a menée à la certification en 1985. Elle a complété une maîtrise en sciences en psychologie en 1991. Elle a reçu le titre de Fellow du CMFC en 1999.

Dre Lussier a commencé à exercer la médecine au CLSC de Châteauguay puis s’est jointe à l’unité de médecine familiale à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont. En 1993, elle s’est jointe à l’Unité de médecine familiale de la Cité de la santé de Laval où elle exerce et enseigne depuis. Elle reconnaît le privilège qu’elle a d’exercer la médecine familiale dans le cadre d’un Groupe de médecine de famille (GMF) et ainsi de collaborer quotidiennement avec des infirmières et des pharmaciennes qui contribuent de façon significative aux soins aux patients. Elle est maintenant professeure agrégée au Département de médecine familiale de l’Université de Montréal. La qualité de son travail lui a mérité plusieurs prix d’excellence en enseignement (2000, 2003 et 2006).

Sa passion pour la communication lui a permis de vivre certaine des expériences les plus significatives de sa carrière. Ayant un bagage de connaissances en psychologie fondamentale, elle a fait des relations médecin-patient une véritable raison d’être. Depuis 1994, Marie-Thérèse et son mari, Claude Richard PhD ont rédigé plus d’une cinquantaine d’articles sur la communication dans les soins de santé et ont donné de très nombreux ateliers interactifs sur ce sujet aux étudiants, résidents ainsi qu’aux professeurs de la faculté de médecine ici et dans les pays de la francophonie. Ils ont reçu en 2005 le Prix Prescrire du livre médical et pharmaceutique (France) pour leur livre : la communication professionnelle en santé. Leur volume sert maintenant de livre de référence sur le sujet dans plusieurs facultés de médecine d’expression francophone. Elle est particulièrement fière d’avoir contribué à moderniser la vision de l’enseignement de la communication professionnelle dans les pays de la francophonie.

Si elle a mené plusieurs projets de recherche dans le domaine de la communication médicale au cours des dernières années, Dre Lussier s’intéresse actuellement aux approches innovatrices des soins collaboratifs en gestion des maladies chroniques, en mettant un accent particulier sur les systèmes d’information clinique.

Ses objectifs du point de vue professionnel pour les prochaines années




2008
mf_Jean Grégoire.jpgDr Jean Grégoire

Médecin de famille de Saint-Simon-les-Mines au Québec, exerce la médecine depuis plus de 28 ans. Jean a obtenu son diplôme en médecine de l'Université Laval en 1980 et a exercé de 1981 à 1988, d'abord à Pontiac, Québec, puis à Innulitsivik, une communauté inuit près de la baie d'Hudson.  

Il a obtenu sa certification en médecine familiale en 1988, année où il a déménagé son cabinet à la Clinique Saint-Georges-de-Beauce et au Centre hospitalier Beauce-Etchemin où il prodigue des soins en pédiatrie, en obstétrique et en médecine d'urgence. Les intérêts cliniques particuliers de Jean sont les soins aux mères et aux nouveau-nés. Ces intérêts se reflètent dans les soins qu'il prodigue aux patients ainsi que son leadership dans des activités pertinentes de recherche et d'enseignement et l'organisation des services de santé périnatale de sa région. Il a publié de nombreux articles dans ce domaine depuis 1989.  

Au Centre hospitalier Beauce-Etchemin, Jean fait partie de différents comités et agit comme coordonnateur de l'enseignement avec l'Université Laval. Il a été responsable de la planification et de l'évaluation des services de santé publique, en particulier ceux liés aux soins des mères et des nourrissons dans la région de Chaudière-Appalaches.

En plus de la gamme étendue de ses compétences, Jean est reconnu pour sa modestie et son empathie, ce qui lui a valu le respect et l'appréciation de ses collègues et de ses patients. Il a reçu différents prix et est membre de plusieurs associations professionnelles, dont l'Association des omnipraticiens en périnatalité du Québec.

Quand il n'est pas occupé à faire du bénévolat pour des organismes de bienfaisance, Jean passe du temps avec son épouse Marie-Paule Gagnon et leurs filles Sophie et Catherine. Il pratique des activités de plein air comme le ski de fond, le travail du bois et la fabrication de canoës.

« Être médecin de famille signifie aller au-delà du devoir pour ses patients et sa communauté. Cela signifie naviguer dans des eaux incertaines et gérer cette incertitude. Cela signifie être capable d'adapter son travail (les traitements) en fonction des besoins de la communauté dans laquelle on vit. Et par-dessus tout, cela signifie maîtriser un nombre impressionnant de compétences afin d'avoir la confiance de le faire. »



2009
mf_Jean Maziade.jpgDr Jean Maziade

Originaire de Chicoutimi, Québec, Dr Jean Maziade exerce la médecine familiale depuis près de 25 ans à Québec. Il a obtenu son diplôme en médecine de l'Université Laval et a reçu la certification du CMFC en 1986. Dr Maziade a complété sa maîtrise en médecine expérimentale en 1992 et a reçu le titre de fellow du Collège en 1997.

Dr Maziade est affilié à l'Université Laval et à l'unité de médecine familiale de la Haute-Ville du Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale où il est non seulement chef du département de médecine familiale, mais également enseignant et mentor auprès des étudiants en médecine. Ayant participé, entre autres, à l’élaboration d’une formation à la collaboration interprofessionnelle en première ligne avec une travailleuse sociale et une infirmière de l’UMF, il travaille sans relâche à améliorer la formation au profit de la prochaine génération de médecins de famille. Dr Maziade est responsable des examens de certification à Laval depuis 2006.

Dr Maziade est tout aussi passionné par la santé publique, y compris la lutte au virus de l'influenza. En tant que membre du Groupe provincial de surveillance et de vigie de l’influenza du ministère de la Santé et des Services sociaux, il a réalisé et publié un nombre impressionnant d'études de recherche. Ses publications démontrent la vaste gamme de son expertise professionnelle, allant du cancer du sein à l'hypertension.

Sa passion lui a valu le respect de ses collègues et divers prix, dont trois Prix de reconnaissance en enseignement (supervision) en médecine familiale du CLSC-CHSLD Haute-Ville-Des-Rivières et du CSSS de la Vieille-Capitale au cours des dernières années.  

Dr Maziade démontre également son enthousiasme dans ses activités communautaires, en agissant comme entraîneur d'équipes de soccer pour les enfants dans ses temps libres. Il aime jouer au golf et au badminton et touche à la menuiserie et aux travaux électriques.  Dr Maziade est marié à Francine Vézina, qui est également médecin, et ils ont un fils, Alexandre. 



2010
mf_Ruth Vander Stelt .jpgDre Ruth Vander Stelt

un médecin dévoué et passionné. Ses patients apprécient énormément son expertise et les soins qu’elle prodigue.  En plus d'exercer au sein d'une pratique familiale très achalandée, Ruth est reconnue pour l’aide qu’elle offre aux personnes qui n'ont pas de médecin de famille. D’ailleurs, elle a mis sur pied une clinique de transition où ces patients peuvent trouver un médecin de famille. Sa passion et son expérience ont fortement favorisé ses succès à titre d'administratrice médicale et de défenseur d’un meilleur accès aux soins de première ligne à l'échelle locale, provinciale et fédérale.

Ruth a obtenu son diplôme en médecine de l'Université Laval. Elle a reçu  sa certification du CMFC en 1994 et le titre de fellow en 2005. Depuis 1995, elle exerce la médecine au Centre de Santé et de services sociaux de Pontiac où elle est actuellement chef du service de la médecine générale et coordonnatrice médicale pour les patients sans médecin de famille. Elle pratique la médecine d'urgence et les soins gériatriques. 

Professeure associée à l'Université d'Ottawa et à l'Université McGill, Ruth enseigne aussi les soins préhospitaliers d'urgence au Cégep de l’Outaouais. 

De 2001 à 2007, Ruth a été présidente du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec.  Depuis 2008, elle participe activement au Comité des résolutions du Conseil général de l'Association médicale canadienne où elle plaide en faveur des politiques visant à optimiser la pratique familiale au Québec. 

Dans ses temps libres, Ruth aime jardiner, faire ses propres conserves et se détendre en lisant des biographies et des romans historiques.  Ruth et son mari Patrick Marshall ont trois enfants : Sara Jane, Nicholas et Nathaniel



2011
mf_Johanne Blais .jpgDre Johanne Blais

Au cours des vingt dernières années, la Dre Blais s'est impliquée dans la collectivité en prenant part à de nombreux comités et en participant au conseil d'administration d'organisations telles que le CQMF et Médecins francophones du Canada. Elle collabore activement au développement professionnel continu des médecins et à la vulgarisation scientifique au sein de différents médias. Attentive au bien-être et à la santé des individus, en particulier celle des femmes et grâce à ses talents de communicatrice, la Dre Blais a su diffuser ses connaissances, agissant comme courroie de transmission pour les médecins québécois.

Elle a publié trois livres sur la santé des femmes s'adressant au grand public. Clinicienne émérite, elle jouit d'une grande crédibilité et a développé un leadership important à titre de médecin de famille au Québec.



2012
mf_andree_Gagnon.jpgDre Andrée Gagnon

La Dre Gagnon exerce l'obstétrique et la pédiatrie à l'Hôpital de Saint-Jérôme depuis 1992. Elle a effectué plus de 250 accouchements par année. Elle a été et continue à être très impliquée dans la promotion de l'allaitement maternel, localement ainsi que régionalement. Elle a six enfants qui sont la joie et la fierté de sa vie. Elle travaille actuellement sur deux projets provinciaux mandatés par le ministère de la Santé sur la diminution des interventions non nécessaires en obstétrique et sur l'amélioration de l'accessibilité aux soins périnataux. Depuis 2009, elle est présidente de l'Association des omnipraticiens en périnatalité du Québec et depuis 2006, elle est représentante du Québec au comité du programme de maternité et de soins néonataux du Collège des médecins de famille du Canada. Étant attentive au bien-être des femmes enceintes ainsi que des enfants, elle a développé une grande expertise en obstétrique tout en maintenant un bel équilibre de vie.



2013
mf_michel Cauchon.jpgDr Michel Cauchon

Le Dr Cauchon est un médecin de famille qui oeuvre depuis plus de 25 ans à l'Unité de médecine familiale Maizerets. Il a également oeuvré à l'urgence du Jeffrey-Hale pendant de nombreuses années. Il est disponible et très dévoué auprès de sa clientèle. Il possède une expertise reconnue internationalement pour la lecture critique de la littérature. Il a créé le programme de formation à la lecture critique intitulé: InfoCritique. Il est impliqué à l'INESSS et rédacteur des guides de pratique clinique. Il a été, et est toujours, un enseignant remarquable et apprécié.





2014
mf_manon-proulx.jpgDre Manon Proulx

En 1980, Dre Proulx a volontairement choisi la résidence en médecine familiale à l’Université de Montréal. Elle a cru et croit encore au rôle primordial du médecin de famille.

Depuis 1983, Dr Proulx exerce en pratique rurale polyvalente avec des activités de prise en charge au bureau, en sans rendez-vous, à domicile et en soins de longue durée au GMF de Rigaud.

Depuis 1990, à temps partiel, elle s’est impliquée en enseignement auprès d’externes et résidents en médecine familiale à l’UMF/GMF du CSSS de Verdun. Par conviction, elle a toujours maintenu son adhésion au Collège des médecins de famille du Canada. Par intérêt, elle a accepté au fil des années, différentes responsabilités en gestion de la pratique. Elle est responsable de la table locale du DRMG de Vaudreuil-Soulanges, responsable du comité d’organisation des soins médicaux de première ligne pour le DRMG de la Montérégie et coordonnateur médical de Vaudreuil-Soulanges.

Depuis 1999, elle est secrétaire de l’Association des médecins omnipraticiens du Sud-Ouest (AMOS), déléguée syndicale de l’AMOS au Conseil de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) et membre du comité de Planification et Régionalisation de la FMOQ. Finalement, depuis plusieurs années, elle agit à titre d’animatrice des ateliers sur la gestion de la pratique et sur la tenue des dossiers pour le Collège des médecins du Québec (CMQ).

Dr Proulx est donc un modèle pour la médecine de famille au Québec tant par son exercice clinique polyvalent que par son implication sociale et auprès de la communauté médicale.

Je suis très honorée d'avoir été proposée et choisie comme Médecin de famille de l'année 2014 pour le Collège québécois des médecins de famille.  Comme en témoigne mon choix de faire une résidence en médecine familiale en 1980 et d'adhérer au Collège des médecins de famille du Canada dès le début de ma pratique,  j'ai toujours valorisé et fait la promotion de l'importance du rôle du médecin de famille dans le système de santé et ma pratique diversifiée et mes patients m'ont toujours procuré de grands bonheurs. 

 

 

monfolio.ca