Historique

2004-2014
Le Collège québécois des médecins de famille dans cette décennie sera progressivement de plus en plus sollicité et son influence ressentie et reconnue.


2004
d6-Desaulniers.jpgLe Dr Jean Desaulniers a été président seulement une année.

Au conseil d’administration du CMFC en avril 2004 il mentionne que depuis sa nomination au poste de président en novembre dernier le CQMF a eu des demandes pour :


Nous sommes heureux de la visibilité que nous réussissons à obtenir autant auprès des médecins de famille et des résidents en médecine familiale, que du côté de la population québécoise.

Cependant, nous demeurons préoccupés par le maintien et évidemment l’augmentation de nos adhésions.

Voici un bref résumé de nos activités depuis décembre 2003.

Santé environnementale
Le 1er février, le Collège québécois des médecins de famille a pris part à une marche au centre-ville de Montréal, organisée par la Coalition Québec-Vert-Kyoto afin de s’opposer publiquement à la construction de la station de gaz naturel du Suroit près de Beauharnois, projeté par le gouvernement libéral et Hydro-Québec et qui augmenterait les émissions de gaz à effet de serre de 3 %. Nous avons adressé la parole aux 5,000 personnes rassemblées devant les édifices d’Hydro-Québec pour faire part des problèmes de santé reliés à la pollution atmosphérique et au réchauffement de la planète. Par cette action, nous avons réussi à reporter la décision après les audiences publiques qui auront lieu devant la Régie de l’énergie au cours du mois de mai. Nous avons également sensibilisé la population qui devient de plus en plus opposée à ce projet. Nous espérons pouvoir annuler complètement la construction de cette centrale.

Formation médicale continue
Rencontre CQMF, CMFC et FMOQ
En mars une rencontre avec des représentants du CMFC (Drs Marlo et Lemire), FMOQ (Drs Raîche et Roy et M. Bond), CQMF (Drs Desaulniers, Gagnon et Mme Gendron). Les principaux points à retenir sont :

  1. La réciprocité des crédits : Au Québec, il faut valider les programmes et approuver chacune des activités spécifiques pour l’application de la réciprocité. Contrairement au CMFC qui approuve le programme.
  2. Doublage des crédits Mainpro-C : Dr Raîche craint que cela fausse les demandes d’allocations du Fonds de FMC de la RAMQ. Nous lui faisons remarquer que les crédits d’allocations sont accordés par heures de formation et non par le nombre de crédits.
  3. La FMOQ voulait convaincre le CMFC de leur donner accès aux activités Mainpro-C en échange de ne pas retirer au CQMF le droit à l’allocation du fonds de FMC de la RAMQ. Après discussion avec Mme Cadotte du Ministère, elle nous assurait que tous les organismes agréés par le CMQ ont droit à l’allocation.


d6-colloque président.pngC’est une première, le « Colloque du président ». Cette activité a pour but d’obtenir une plus grande visibilité et aussi d’être plus près de nos membres en offrant des activités plus régionales. Ce premier Colloque sous le thème : « Médecine familiale : Nouveautés 2004 » s’est tenu à Trois-Rivières les 27 et 28 mai. Il n’y a eu que 120 inscriptions. Nous avons un faible profit d’environ 2000.00 $. Dr Desaulniers admet être un peu déçu, car il s’attendait au double du nombre d’inscriptions. Il croit que c’est dû au fait que le Colloque se déroulait à Trois-Rivières et qu’il y a beaucoup de congrès à cette période de l’année.

Personnel administratif
Pour faire face au volume de travail toujours grandissant, nous avons embauché Mme Caroline LaBrie en janvier 2004 pour qu’elle se consacre entièrement au développement professionnel continu. Elle s’est jointe à Mme Doucet. Cette dernière nous a quitté dernièrement et a été remplacée par Mme Clavel.

Actuellement, nous avons un secrétariat permanent qui est très efficace et qui fonctionne avec une personne en moins! Nous devons en être très fiers. À l’automne Mme Myriam Guévremont s’est jointe à l’équipe.

À l’automne nos assemblées scientifiques annuelles attiraient de plus en plus de participants et une semaine avant l’activité nous devions préparer les cahiers des participants, cartes d’identité, programme personnalisé, etc., à cette époque tout était fait manuellement. Pour respecter les échéanciers, nous ajoutions du personnel temporaire qui se joignait à nous chaque année.

Durant cette période achalandée nous avions pris l’habitude de faire une journée pyjama quand celle-ci s’étirait jusqu’à 22 heures. Nous avons poursuivi cette pratique pendant quelques années. Notez que nous ne recevions personne dans nos locaux ce jour-là.


d6-chevarie.jpg

Sur la photo de droite à gauche Mesdames Chevarie, LaBrie, Guévremont et Gendron.



Valoriser la pratique de la médecine de famille…
Le Collège des médecins du Québec se penche actuellement sur la définition du rôle du médecin de famille et nous sommes très heureux que le Groupe de travail nous ait consultés pour obtenir notre point de vue, car une des missions de notre organisation est de s’assurer que le rôle du médecin de famille soit bien compris et valorisé.

D’entrée de jeu, nous avons présenté, nos quatre principes de la médecine familiale, car je crois que vous conviendrez, qu’ils définissent très bien notre travail quotidien en tant que médecins de famille :

  1. Le médecin de famille doit être un clinicien compétent.
  2. Le médecin de famille devrait être une ressource pour une population de patients.
  3. La médecine familiale est une discipline communautaire.
  4. La relation médecin-patient constitue l’essence du rôle du médecin de famille.


Puis, nous avons présenté des données (résultats du projet Janus) sur de nombreux aspects de notre pratique (profil de pratique, charge de travail, listes d’attente, etc.). Ce sondage avait pour but: aider les médecins de famille à répondre aux besoins de la société de demain, un sondage national effectué en 2001 par le Collège des médecins de famille du Canada et auquel près de la moitié d’entre vous a répondu.

À certain égard, nous aimerions vous rappeler que vous recevrez prochainement par la poste ou par courrier électronique, le questionnaire pour le sondage Janus 2004, qui cette année est organisé conjointement avec le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada et l’Association médicale canadienne et s’adresse à tous les médecins. Le CQMF a participé à l’élaboration de la section consacrée aux médecins de famille et souhaite que vous participiez en grand nombre. Les données recueillies permettront de bien documenter les changements professionnels vécus par les médecins au cours des trois dernières années et ainsi de mieux défendre vos intérêts dans nos représentations auprès des différents paliers du gouvernement.

Ensuite, nous avons mis à la disposition du Groupe de travail trois documents réaliser par le CMFC auquel nous avons également collaboré :

  1. Soins de première ligne et médecine familiale au Canada une ordonnance de renouvellement » qui propose des stratégies et des recommandations sur deux fronts :
    1. Créer un modèle pour la prestation des soins de première ligne dans le futur : le réseau pratique familial (RPF). Il s’apparente au groupe GMF.
    2. Soutenir le modèle : les ressources nécessaires.
  2. Le rôle du médecin de famille dans les soins à domicile.
  3. L’implication des médecins de famille auprès des malades hospitalisés.


Ces documents encouragent l'assouplissement des frontières des pratiques et démontrent que les groupes de médecine familiale (GMF), nouveau concept d’organisation du travail clinique, permettent de travailler et développer une réelle collaboration avec les autres professionnels de la santé.

Nous avons conclu la session en recommandant que pour intéresser le médecin de famille à la polyvalence et à l’amour de la profession médicale globale, nous devrons regarder la pénurie des effectifs (médecins de famille, médecins spécialistes, infirmières, pharmaciens, etc.), assurer un meilleur accès aux tests de diagnostic, aux soins spécialisés et à une plus grande informatisation du réseau de la santé et enfin, revoir les modes de rémunération.

Valoriser la médecine familiale pour nous signifie redonner à tous le goût de s’impliquer davantage dans le suivi à long terme du malade et de faire en sorte que tous ensemble nous puissions nous donner des structures de fonctionnement permettant à la population d’accéder non seulement à des soins de qualité, mais à un suivi médical rigoureux dans la force de l’art et de l’amour de la médecine.

Troisième année de médecine familiale, une réalité ou un mythe ?
L’idée d’une troisième année de médecine familiale soulève de grands débats et de vives réactions. Notre Collège est sollicité pour se positionner dans cette démarche.

Expliquons d’abord d’où vient cette idée.
L’Université de Montréal y pense depuis quelques années et pose un premier geste; celui de lancer le débat. Appuyé d’un document fort éloquent de plusieurs pages, on y retrouve les éléments des grandes tendances 2004 – 2005 en matière de formation.

Ainsi deux grandes idées sont lancées :

  1. Favoriser la polyvalence du médecin de famille.
  2. Favoriser la prise en charge, la continuité et l’intégration des soins du patient.


C’est pourquoi la mission est importante. Non seulement il faudra refaire l’ensemble du curriculum de ces trois années plutôt que de seulement ajouter une troisième année de médecine familiale, mais revoir les buts et objectifs de toute forme d’enseignement.

Mais que diront nos étudiants qui actuellement suivent leur cours de médecine familiale? Est-ce que cette troisième année apportera une plus grande confiance dans la qualité de son futur travail de médecin de famille?

Que va-t-on faire de la troisième année qui actuellement permet à certains étudiants de se perfectionner en médecine d’urgence, en obstétrique, en gériatrie…

L’Université de Sherbrooke y pense et conclut qu’il vaut mieux continuer le programme de deux ans tout en le bonifiant, en le formulant différemment, en l’améliorant. On incorpore de plus en plus des stages de médecine familiale avec des médecins de famille, car qui est mieux placé pour enseigner à de futurs médecins de famille que des médecins de famille nous dit-on.

L’Université Laval tente sa chance pour une troisième année de médecine familiale avec intégration progressive. La population a besoin de cette cohorte de jeunes médecins et les savoirs à étudier une année de plus, retarderait leur arrivée sur le marché du travail. On ne veut pas aggraver la pénurie de médecins au Québec.

À cette idée le Ministère de la Santé et des Services sociaux est très soucieux qu’aurait un tel impact reportant d’un an cette cohorte de jeunes finissants. Est donc lancée l’idée de limiter à 25 % environ le nombre de finissants en projet pilote pour instaurer une troisième année.

L’Université McGill se prononce comme l’Université de Montréal et prône elle aussi la troisième année, mais en même temps remarque dans certaines spécialités le peu d’étudiants inscrits.

Si l’on compte les « troisièmes années » actuellement en vigueur dans des disciplines comme la médecine d’urgence, l’obstétrique, la gériatrie, cette troisième année deviendra-t-elle une quatrième année de médecine familiale ou allons-nous l’intégrer au programme de trois ans pour respecter nos deux principaux objectifs qui sont la polyvalence et favoriser la prise en charge.

d6-Welby.jpgLa médecine évolue à un rythme fou et il est tout à fait normal de vouloir devenir excellent dans certains domaines. Il est loin le temps où le médecin « type Dr Welby » pouvait être disponible à toute heure du jour ou de la nuit et que ce dernier était capable de tout résoudre. La médecine évolue, la science se précise et nous ne pouvons plus nous permettre d’être de bons cliniciens en tout. Nous devons choisir et peut-être cette troisième année viendra résoudre certains problèmes nous permettant de vraiment favoriser la prise en charge d’un plus grand nombre de patients. Le nouveau médecin ainsi formé sera-t-il plus compétent qu’autrefois ?


d6-francois-lehmann.jpgEt qu’en pense la FMRQ? …
L’ajout d’une 3e année de formation postdoctorale en médecine familiale continue de faire l’objet de discussions soutenues. Trois facultés de médecine ont déjà indiqué leur intérêt pour cette modification. Le 1er octobre 2003, le Dr François Lehmann, directeur du département de médecine familiale de l’Université de Montréal, a rencontré la Fédération pour présenter la position de la Faculté dans ce dossier. Il est à noter que la FMRQ s’était opposée à cette mesure dès qu’elle avait été proposée il y a quelques années, et qu’une position fédérative avait été adoptée par le conseil d’administration le 23 octobre 2002.


Toutefois, devant l’insistance de certaines facultés de poursuivre le dossier et de mettre sur pied des projets-pilotes et afin de connaître la perception des médecins de famille à l’égard d’une prolongation de la formation postdoctorale en médecine familiale, la Fédération a mandaté la firme Multi-Réso pour qu’elle réalise un sondage auprès des médecins résidents en médecine familiale de même qu’auprès des médecins de famille ayant terminé leur formation depuis deux ans et moins. Les résultats du sondage réalisé à l’automne 2003 ont confirmé la position de la Fédération à l’effet de maintenir la formation à deux ans et de revoir le cursus actuel pour favoriser une plus grande autonomie chez les finissants au moment de la certification. En effet, 94 % des médecins résidents et des jeunes médecins interrogés étaient favorables à la formation de deux ans.

La Fédération préconise également la possibilité pour les finissants d’effectuer des stages optionnels pour des périodes allant d’un à six mois maximum, dans le but de répondre plus adéquatement aux besoins de l’établissement qui les accueillera, ou encore pour parfaire certaines connaissances en fonction de leurs intérêts. La position de la Fédération concernant l’ajout d’une 3e année de formation postdoctorale en médecine familiale a été rendue publique le 16 janvier 2004, après adoption par le conseil d’administration. Il est à noter que la Fédération bénéficie de l’appui de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) et du Collège des médecins du Québec (CMQ) dans ce dossier. La FMRQ poursuit ses représentations auprès des différentes instances concernées par ce dossier.

Le 20 septembre dernier, le Dr André Bilodeau, directeur du département de médecine familiale de l’Université Laval, rencontrait la FMRQ pour présenter les détails de son projet-pilote. L’Université Laval souhaite implanter un programme de 36 mois, avec une phase pilote où le programme de 36 mois serait optionnel pour une partie de la clientèle de résidents (programme auquel participeraient de 20 % à 25 % des médecins résidents par cohorte). De plus, la FMRQ participe aux travaux du sous-comité sur la reconnaissance et l’évolution des spécialités (SCRES), mis sur pied par le CMQ, lequel a le mandat d’étudier les demandes des facultés de médecine de l’Université de Montréal et de l’Université Laval d’offrir un programme optionnel de résidence en médecine de famille de 3 ans. À suivre.

Promotion de l’activité physique
Le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) et la Coalition des médecins pour la justice sociale appuient l’activité physique chez les jeunes !

Les enfants d’aujourd’hui dépensent 400 % moins d’énergie que les enfants d’il y a 40 ans. Une grande partie de leur temps est consacrée à des activités sédentaires, comme regarder la télévision, utiliser l’ordinateur et jouer à des jeux vidéo. Aussi, la plupart des enfants et des adolescents vont à l’école en autobus ou en auto au lieu de marcher. Avec seulement 60 minutes d’éducation physique par semaine à l’école, les enfants ne font pas assez d’activité physique pour une croissance et un développement optimaux.

Depuis 1981, l’obésité a triplé chez les garçons et doublé chez les filles. Généralement associés au vieillissement, le diabète de type-2, l’hypertension, l’hypercholestérolémie et l’ostéoporose sont en augmentation chez les jeunes. Au Canada, chaque année, 2.1 $ milliards ou 2.5 % des coûts directs des soins de santé sont attribuables à l’inactivité physique.

Il devient donc urgent d’agir et de mettre un terme à la tendance grandissante de l’obésité et des modes de vie sédentaires chez les jeunes. L’activité physique favorise une croissance et un développement en santé, aide les jeunes à se faire des nouveaux amis, améliore leur estime de soi et aide à maintenir un poids santé.

C’est donc pour cette raison que le CQMF appuie la Coalition Marchons pour la santé qui en est cette année à sa troisième édition. La Coalition sera présente à certains évènements montréalais conviant plusieurs jeunes à être actifs physiquement. Le premier événement est prévu le 28 avril prochain avec la présentation de la course « Halo road race (www.gmaa.ca) » sur le Mont-Royal près du Lac aux castors entre 8H30 et 16H00. Les jeunes des écoles primaires et secondaires anglophones de Montréal sont conviés à diverses épreuves de course à pied. Suivront par la suite une série d’évènements dont le dernier est un championnat d’athlétisme le 16 juin prochain pour les jeunes de 4e, 5e et 6e année, du lac St-Louis.

Nous espérons que cette initiative amènera une augmentation des heures consacrées à l’éducation physique dans les écoles à 150 minutes par semaine et aussi qu’elle signalera le début d’une approche globale à la vie active !

d6-50ans-2.jpgLe collège fête ses 50 ans…17 juin 2004
Jeudi 17 juin 2004 au Hilton de Québec. Les médecins de famille du Québec célèbrent le 50e anniversaire de la fondation du Collège des médecins de famille du Canada (CMFC) et leurs contributions collectives au bien-être de la population québécoise.

Une occasion de célébrer la médecine familiale avec les gens de notre province et avec le gouvernement du Québec qui soutient le travail que nous effectuons chaque jour.

En cette journée historique il y a cinquante ans, lors d’un dîner à Vancouver, les premiers dirigeants du CMFC ont pris l’engagement professionnel, au nom des médecins de famille du Canada, de se conformer à l’éducation médicale continue et à des normes de pratique élevées pour assurer aux individus et à leurs familles des soins personnels d’une grande qualité dispensés avec compassion durant les années à venir.      

Toutes les provinces du Canada, les médecins de famille du Collège des médecins de famille du Canada vont renouveler leur engagement, au sein de leurs propres collectivités, en présence de citoyens et de représentants du gouvernement, à titre de témoins publics. Le but de ces célébrations anniversaires dans chaque province est la signature par les présidents de chacune de nos dix sections provinciales d’une « Déclaration d’engagement », au nom de leurs membres provinciaux, réaffirmant notre engagement commun, comme médecins de famille, aux principes et aux valeurs qui ont caractérisé la médecine familiale durant les cinquante dernières années. (Voir le document d’engagement PDF dans photo)

Cette déclaration réitère, dans un langage clair et significatif pour la population du Québec, ce qu’entendent poursuivre les médecins de famille de notre province et ce que nous tenterons de réaliser avec nos patients dans le futur.

couillard.jpg


Le projet Janus : sondage national auprès des médecins 
Le projet Janus a pour but de faire un portrait de la pratique médicale actuelle au Canada ainsi que d’aider les médecins de famille à répondre aux besoins de la société de demain.Il a été réalisé en collaboration avec le Collège Royal des médecins du Canada et de l’Association médicale canadienne. Plus de 21 000 médecins sur une possibilité de 61 000 ont répondu à ce questionnaire, pour un taux de réponse de 36 %. Les données tirées de ce questionnaire sont une source importante de renseignements qui nous permettront d’engager des actions spécifiques pour permettre le développement de la médecine familiale au Canada. Des données concernant le Québec seront disponibles sous peu.

La médecine familiale au Canada : Une vision d’avenir :
Il apparaît de plus en plus que notre système de santé est en mouvance et en difficulté. D’une certaine façon, de plus en plus d’acteurs du système parlent de situation de crise. L’accès des Canadiens aux services de santé en temps opportun se détériore progressivement, cette situation étant en partie imputable à une pénurie grave de professionnels de la santé, les médecins de famille étant en tête de liste. Consciente de cette situation, la population du Canada continue d’accorder une grande valeur au rôle des médecins de famille.

Pour attaquer ces questions importantes, le Collège des médecins de famille du Canada travaille actuellement à un document s’intitulant : la médecine familiale au Canada : une vision d’avenir. Cette vision s’articule autour des grands thèmes suivants : les principaux enjeux au Canada, l’accès aux soins, la viabilité des effectifs médicaux, l’éducation et la formation des médecins de famille, l’innovation et la qualité en médecine familiale, la sensibilisation du public. Le Collège a le rôle de s’assurer que nous n’en restions pas au niveau de la vision, mais de l’action en sensibilisant les gouvernements, les autres professionnels de la santé, les universités et la population générale que le soutien à la médecine familiale est essentiel à la survie de notre système de santé.

d6-bernard-Lessard février 2005.png
18 novembre 2004 - Dr Bernard Lessard qui prend la présidence du CQMF
Dr Lessard mentionne que le collège a une équipe dédiée, dynamique et très compétente tant au niveau de la représentation médicale que des employés permanents du Collège. Tout aussi important que la compétence, Dr Lessard nous dit que c’est la qualité de cœur qui rend aussi stimulant de travailler avec tous ces gens.

Dr Lessard donne trois exemples des grandes lignes de la mission du Collège :

  1. Mettre tout en œuvre pour que la population reçoive des soins de qualité;
  2. Soutenir nos membres dans la prestation de soins de qualité aux patients, en visant sur la formation, la recherche et la promotion de l’excellence dans la santé et aussi;
  3. S’assurer que le rôle du médecin de famille soit bien compris et valorisé.


Il explique qu’il travaillera bien sûr avec l’équipe du collège à développer des projets respectant ces objectifs, mais que de façons plus personnelles deux objectifs le motivent plus particulièrement.

  1. Il est essentiel de rapprocher le Collège de ses membres. Le rapprochement doit être d’une part physique, soit par la création d’activités de formation soutenues par le collège et qui se déplacera en région près des médecins, mais aussi l’important de soutenir le sentiment d’appartenance de nos membres.
  2. De continuer de prendre une part active aux débats concernant les enjeux socio sanitaire de notre époque, tant au niveau public qu’en développent des outils qui seront utiles dans la pratique quotidienne du médecin. Tous les gens sont d’accord que le médecin de famille a un rôle important à jouer au sein de notre société. La société s’attend aussi à beaucoup des médecins de famille. Il souhaite que le collège puisse être une voie pour les médecins de famille afin qu’ils puissent s’exprimer sur tout ce qui les préoccupe.




2005
Réseau régional
Nous sommes en train de planifier un réseau régional visant à identifier des membres du Collège qui agiront à titre de personnes ressources et contact pour le Collège. Ceci nous permettra d’une part de bien cerner les besoins en région et d’autre part, de transmettre l’information de Collège de façon plus efficace.

Et ce :

  1. Identifier les besoins spécifiques à chaque région.
  2. Transmettre l’information du CQMF de façon plus efficace.
  3. Maintenir un bassin de membre intéressé à une participation plus active dans nos différentes activités.


Loi antitabac ! Voici ce qu’en pense le CQMF
C’est le Dr Bernard Lessard dans la revue « Actualité médicale de février » qui écrit :
Le médecin de famille travaille constamment à améliorer la santé de ses patients et joue auprès de ceux-ci un rôle dans la prévention des problèmes de santé. Il n’y a nul doute que l’un des déterminants majeurs de la santé d’un individu est le tabagisme. Pour un patient, il est bien connu, qu’une des influences les plus importantes pour la décision d’arrêter de fumer est la recommandation faite par son médecin. Il est probable que vous abordiez cette question tous les jours dans votre pratique.

Cependant, la prévention ne passe pas seulement par les actions individuelles auprès des patients. Bien que ces actions soient extrêmement importantes, elles doivent être complétées par des actions ayant une portée plus grande pour la société et s’intégrer dans une vision globale pour la population. Dans ce cadre, le médecin a aussi un rôle qu’il ne doit pas négliger ou sous-estimer. Il est un acteur important pouvant avoir une influence locale, régionale ou provinciale.

C’est dans ce contexte que je fais appel aux médecins pour qu’ils exercent leur influence dans le cadre de la consultation concernant le nouveau projet de loi antitabac qui devrait être déposé à l’Assemblée nationale par le ministre de la Santé Philippe Couillard au printemps 2005. 

En effet, le ministre a lancé une consultation publique qui s’échelonnera jusqu’au 25 février. Plusieurs acteurs politiques tenteront d’influencer le ministre pour qu’il renforce ou qu’au contraire, il adoucisse les mesures adoptées contre l’usage du tabac. Plusieurs groupes de lobbyistes tenteront d’utiliser les arguments économiques qui prédisent un ralentissement de l’activité économique dans plusieurs milieux pour que le ministre retarde ses plans d’application. C’est pourtant maintenant qu’il est temps d’agir.

Depuis plusieurs années, le Collège québécois des médecins de famille se positionne pour une meilleure législation pour le contrôle du tabac. Nous appuyons en ce sens les démarches et les prises de position de la Coalition québécoise pour le contrôle du tabac. Celles-ci visent principalement d’étendre la réglementation antitabac pour restreindre la fumée secondaire dans tous les lieux publics, y compris, les restaurants, les bars, les aires ouvertes des centres commerciaux, etc. Elles visent également, l’interdiction de fumer sur les terrains d’école et garderie, l’interdiction de la promotion incluant, la publicité indirecte, des décors associés à une marque de tabac, des étalages prépondérants et toute forme de promotion au point de vente ainsi que l’interdiction des appellations trompeuses « douces » et « légères ».

Chaque année au Québec, 136 non-fumeurs meurent de cancer d’un poumon et 223 de maladies cardiaques causés par une exposition à la fumée secondaire. Ceci est sans compter les taux de mortalité des fumeurs eux-mêmes.

Nous demandons aujourd’hui votre appui à une campagne de sensibilisation des députés de l’Assemblée nationale. En tant que professionnel de la santé, vous avez votre mot à dire. Plus de gens tenteront de convaincre les élus, plus il y a de chance pour que le ministre aille de l’avant avec son projet de loi. En 1998, le ministre de la Santé de l’époque avait eu un appui unanime des députés pour légiférer sévèrement contre les produits du tabac. À ce moment, le Québec avait la loi la plus sévère au Canada. Depuis, plusieurs provinces et plusieurs autres pays sont allés beaucoup plus loin que le Québec. En tant que médecins, nous connaissons particulièrement bien les effets nocifs du tabac. Votre voix serait donc la bienvenue dans ce débat. 

C’est pourquoi nous vous invitons à écrire ou mieux encore, à parler à votre député et à partager votre opinion en cette matière.

d6-Lessard président v2.pngMédecin de famille engagé et heureux de pratiquer en 2005 ?

Le président, Dr Bernard Lessard vous pose certaines questions :1


Toutes ces questions et bien d’autres doivent être posées et notre Collège québécois des médecins de famille devrait tenter d’y répondre dans les prochaines années.

Déjà le Collège des médecins de famille du Canada y consacre beaucoup d’énergie et d’effort pour constater qu’il est impératif non seulement au Québec, mais dans tout le reste du Canada de se pencher sur ces questions. Il n’y a pas tant de différences entre les provinces après tout, car tous, d’une façon ou d’une autre se posent les mêmes questions.

Il y va de chaque médecin de famille de tenter de trouver des pistes de solutions. Pour ceux en pratique active, la prise en charge du patient doit refléter notre capacité à agir en fonction des problèmes de santé de notre clientèle.

C’est pourquoi le médecin de famille moderne doit invariablement analyser sa pratique, la mettre à jour. Il doit tendre vers la multidisciplinarité sans pour autant devenir incompétent dans des domaines qu’il maîtrise moins bien. Prenons par exemple l’obstétrique, on sait très bien que pour arriver à un niveau de compétence, il faut parfois concentrer presque exclusivement notre pratique en ce sens. Le traitement en soins prolongés peut paraître parfois simple, mais il s’agit en soi d’un des plus grands défis de la pratique médicale, car le médecin est souvent confronté avec l’éthique et les ressources disponibles.

Il est donc impératif, si l’on veut adapter notre pratique à la médecine moderne avec la technologie grandissante, de bien comprendre l’importance de faire une réflexion sur notre pratique et de se dire combien il est important de tous faire un effort pour essayer de changer certaines attitudes en fonction des besoins de la population.

L’Affaire Chaouli! qu’en pense le CQMF ? Dr Bernard Lessard nous informe
Nous aborderons aujourd’hui quelques questions découlant de ce que nous pouvons appeler aujourd’hui : l’Affaire Chaouli. Le 9 juin dernier, la Cour Suprême du Canada a conclu que le gouvernement du Québec ne peut empêcher les gens de contracter des assurances privées pour des services de santé médicalement nécessaires. En effet, quatre des sept juges de la Cour Suprême ont décidé que les temps d’attente sont devenus trop longs et que de refuser aux patients le droit de se procurer une assurance privée en matière de santé allait à l’encontre des dispositions de la Charte québécoise des droits et libertés de la personne.

Le gouvernement du Québec peut, en vertu de la Charte du Québec, invoquer la clause nonobstant. Cette voie ne semble pas avoir été retenue par le ministre de la Santé le docteur Philippe Couillard. Après avoir déposé une demande de sursis acceptée par la cour (le jugement a été suspendu pendant 12 mois), il semble que le ministre s’apprête à déposer un projet permettant le recours aux assurances privées pour les soins de santé par les citoyens du Québec. Au moment d’écrire ces lignes, les détails de cette proposition ne sont pas encore connus, le projet devant être déposé en décembre. Il semble cependant que le projet sera assorti à des règles précises, obligeant les médecins à continuer d’offrir un minimum de services dans le système de santé publique avant de pouvoir travailler dans un système privé.

La décision de la Cour Suprême et les décisions subséquentes du gouvernement du Québec nous obligent à faire certains constats. Elles doivent aussi amener toutes les personnes concernées par le système de santé à se poser des questions essentielles avant de prendre des positions qui changeront la façon dont le système de santé fonctionnera pour les décennies à venir.

D’une part, nous n’avons pas le choix de constater que le système actuel n’assure pas aux Québécois les services médicalement nécessaires en temps opportun. La décision d’avoir recours aux assureurs privés en santé remet en question l’un des principes fondamentaux du système de santé canadien, le système à payeur unique par l’assurance maladie.

Ce changement fondamental suscite aussi plusieurs questions :

  1. Ouvre-t-on la porte à un système à deux vitesses où les gens ayant les moyens de se payer des assurances privées seront soignés plus rapidement que les autres, et ce, avec des moyens possiblement supérieurs?
  2. Les compagnies d’assurances feront-elles de la sélection de patients au potentiel de profit supérieur au détriment des gens aux pathologies multiples et complexes qui seront redirigés vers un système public toujours surchargé?
  3. Les médecins se désengageront ils en nombre de la RAMQ?
  4. Y a-t-il danger que, certains médecins « obligés » de faire un minimum de temps dans le système public ne fassent que leur « minimum »?
  5. Où trouvera-t-on le personnel soignant (non restreint par la loi) pour remplacer celui qui quittera le système public pour aller travailler dans le système privé plus accueillant (par exemple, les infirmières de la salle d’opération)?
  6. Fait-on déjà le maximum pour assurer les services aux patients? Par exemple, assurer aux chirurgiens la possibilité d’opérer plus d’un jour par semaine?
  7. Y a-t-il lieu de réviser la liste des services assurés et les services médicalement nécessaires?


Ces questions ne sont qu’un exemple de la complexité du dossier. Plusieurs citoyens ont déjà fait part de leur opinion face à un système de santé qu’ils voudraient efficace et accessible. Certaines organisations médicales ont aussi donné leur support quant à l’utilisation des assurances privées en santé.

Le CQMF appuie vigoureusement les efforts impliquant les gouvernements, les professionnels de la santé, les citoyens et tous les autres intervenants à établir des repères raisonnables pour la prestation des services médicalement nécessaires. Le CQMF maintient que l’accès à des soins médicalement nécessaires est un droit fondamental de tous les Québécois. Des soins de qualité et la prestation des services médicalement nécessaires en temps opportun sont essentiels. Le CQMF reconnaît le manque de ressources du système actuel et souhaite que la résolution des problèmes passe par une réorganisation des services où tous les intervenants (incluant le gouvernement et les hôpitaux) soient imputables en regard à la prestation de soins de santé de qualité dans des délais opportuns.

Le CQMF suivra de près ce dossier qui aura une influence sur notre pratique et sur la qualité de vie de nos patients. Nous souhaitons nous impliquer vis-à-vis les instances gouvernementales pour faire connaître la voix des médecins de famille. Nous sommes très intéressés de connaître vos opinions sur ces sujets. N’hésitez pas à nous les communiquer.

1 Actualité médicale, novembre



2006
d6-Charis Ross.JPGPersonnel administratif
À l’été 2005, nous avons embauché Mme Charis Ross. La troisième employée avec mesdames LaBrie et Guévremont. Petite équipe avec beaucoup de travail. Malheureusement Mme Ross quitte le CQMF le 20 janvier. Elle recherche une entreprise de plus grande envergure. Printemps 2006, Madame Myriam Guèvremont qui travaillait avec nous depuis plus de 2 ans nous quitte. Elle souhaitait réorienter sa carrière dans un autre domaine. Elle était une employée très appréciée de la direction ainsi que des membres du Collège québécois. Nous lui souhaitons bonne chance dans sa nouvelle carrière.


d6-Claire Savard .jpg
Elle a été remplacée par madame Claire Savard qui a une longue expérience au ministère des Transports du Québec à titre de réceptionniste.


Adhésions toujours très inquiétant, et ce depuis plusieurs décennies…
Le CQMF a une position bien particulière par rapport à ses cousins du reste du Canada. En plus de l’AMQ, nous devons composer avec plusieurs organisations médicales qui offrent des activités de FMC, qui ont des branches de politiques fortes soient la FMOQ et l’AMLFC. Nous souhaitons mieux définir nos particularités face à nos membres, mais aussi vis-à-vis des instances politiques et du public en général. Nous souhaitons aussi planifier des rencontres avec les directeurs de départements de médecine familiale en vue de resserrer les liens. Il est impératif que nous puissions rencontrer les résidents en médecine familiale, c’est eux qui peuvent faire la différence dans le nombre de membres.

Nous travaillons à renforcer notre organisation en essayant de construire un Comité exécutif solide. Comme notre organisation repose sur le bénévolat et que les médecins sont des professionnels très occupés et très sollicités, il demeure un défi de pouvoir convaincre de nouveaux visages de se joindre à notre organisation d’une façon demandant une participation active.

d6-Caroline Labrie.jpgMadame Caroline Labrie nous a quitté pour une période de 1 an au début du mois de mars pour un congé de maternité. Madame Labrie a donné naissance en mars à un beau garçon de 10 livres. Elle a été remplacée par madame France Barthos pour la période de son congé de maternité.

C’est maintenant officiel, le CQMF a reçu la confirmation officielle de son agrément comme organisme d’éducation médicale continue reconnu au Québec. Cet agrément est complet et une période de 5 ans. Le rapport des examinateurs (les Drs Luyet et Fortin) est fort intéressant et supporte le fonctionnement de notre organisation.

Quelques points restent selon eux à améliorer :


En cette fin du mois d’avril 2006, j’entame le dernier droit de mon mandat à titre de président du CQMF. Cette période en sera une de consolidation. J’espère pouvoir mener à bien les dossiers que j’ai commencés. Je m’efforce aussi d’assurer une transition adéquate pour celle qui sera notre nouvelle présidente en novembre 2006, la docteure Sophie Galarneau. Elle a été extrêmement impliquée au cours des derniers mois. Je la remercie pour son support, ses bons conseils et sa détermination.

Formation médicale continue
Nous avions un projet de collaboration pour un congrès avec la FMOQ et « Diversified Business » en juin 2006. Malheureusement, celui-ci ne pourra pas avoir lieu parce qu’il y a apparence flagrante de conflit d’intérêts pour les raisons suivantes :

  1. À l’automne 2005 dans un congrès « Primary up date » Diversified Business mentionnait avant même le programme que la FMOQ et le CQMF approuveraient l’activité. Au Québec pour approuver des conférences il est nécessaire d’avoir un comité scientifique pour décider des thèmes et des conférenciers et qu’ensuite les compagnies sont sollicitées pour une subvention non restrictive.
  2. Cette même compagnie a aussi mentionné que ce sont les compagnies pharmaceutiques qui ont demandé ce congrès, à la place des soupers-conférences.


Personnel du bureau et les locaux
Avec un mouvement de personnel et de nouveaux employés depuis le 15 mai, nous réussissons à peine à répondre aux urgences.

En date du 30 mai 2006, lors du renouvellement du bail avant la signature de renouvellement du bail nous avons demandé au propriétaire de la bâtisse d’effectuer des tests d’air, car chaque fois que Mme Gendron se présentait au bureau elle avait des problèmes d’allergies majeures.

Nous avons tenté à plusieurs reprises de joindre le propriétaire, mais sans succès. Ce n’est qu’à la fin du mois d’août qu’il s’est présenté à nos bureaux. C’est à ce moment qu’en présence des trois employées il nous a avisé qu’effectivement l’air du bureau est inapproprié, moisissures et champignons dans les conduites d’aération.

  1. Nous avons alors demandé de nous fournir le rapport pour que nous puissions connaître la situation réelle.
  2. Nous ne signerons pas de bail pour l’instant. Le présent bail se terminait le 31 décembre 2006, nous verrons s’il a effectué les travaux requis pour nous donner l’assurance d’une bonne qualité d’air.
  3. Si ce n’est pas acceptable, le propriétaire s’engage à nous trouver un local comparable et à payer les frais de déménagements.


Harmonisation des examens du CMFC, du CMQ et du CMC
Les discussions se poursuivent pour tenter de réaliser une véritable harmonisation entre la 2e partie de l’examen du CMC, l’examen du CMQ et l’examen de certification du CMFC. Le groupe principalement ciblé par cet effort est celui des résidents de médecine familiale. D’autres stratégies sont présentement envisagées pour les MFÉ et les résidents du CRMCC.

d6-automne.jpgEn cet automne 2006, nous étions l’hôte du FMF et le 31 octobre se tenait la réunion du Conseil d’administration du Collège des médecins de famille du Canada et nos représentants du Québec ont souligné cette journée spéciale. Ils n’ont probablement pas besoin de présentation.

Le FMF 2006 s’est tenu à Québec du 2 au 4 novembre où plus de 1500 participants se sont rassemblés et côtoyés dont 400 provenaient du Québec.

d6-galarneau.jpgNovembre 2006
Lors de son discours à l’AGA Dre Galarneau nous communique les trois objectifs qui lui tiennent à cœur.

1er objectif
De rapprocher le CQMF des Universités québécoises. Elle souligne la richesse au niveau de l’enseignement. Pour pouvoir entamer cette réflexion, elle a organisé un déjeuner-causerie qui sera tenu dans le cadre du Forum avec les représentants de chacune des Universités. Elle espère ainsi créer des liens et pouvoir décider des moyens à prendre pour améliorer la communication.


2e objectif est la communication à 2 niveaux :


3e objectif
 
Établir un programme de Mentorat en santé mentale. Elle explique que le CQMF pourrait s’inspirer du système de la province de l’Ontario basé sur l’approche des soins partagés où le médecin en médecine familiale est au cœur des décisions et du traitement. Elle espère explorer l’intérêt et la faisabilité de ce projet avec les médecins psychiatres du Québec.

d6-Bernard Lessard-v3.jpgAprès l’AGA nous retrouvons les Drs Bernard Lessard, président sortant, Sophie Galarneau, présidente et Dr Harold Dion qui vient de terminer son mandat de président du Conseil d’administration.


 


2007
Connaissez-vous les GIMF? Dre Sophie Galarneau nous informe2

Il s’agit d’une initiative du Collège des médecins de famille du Canada (CMFC) afin de susciter la curiosité et l’intérêt des étudiants en médecine de toutes les universités canadiennes pour la discipline de la médecine familiale.

Des groupes d’étudiants de chacune des universités s’organisent entre eux pour monter un programme de rencontres et d’activités en lien avec la pratique de médecine de première ligne avec le soutien financier du CMFC qui a obtenu des fonds de Santé Canada et de la Banque Scotia pour ce projet. Les fonds sont gérés par le CQMF sous réception d’un bilan financier et de pièces justificatives.

Autour d’un repas modeste, plusieurs GIMF ont créé des rencontres d’apprentissage de techniques de plâtres, de sutures, de biopsie de l’endomètre, d’aspiration de masse au sein, de pose de stérilet, etc. Ils ont également mis sur pied des séries de conférences sur des sujets variés de leur choix : la médecine rurale, sportive, tropicale et internationale, d’urgence, les soins palliatifs ainsi que les témoignages de médecins et de résidents sur leur pratique, leurs intérêts et de leurs implications diverses. 

Au Québec, la mise sur pied des GIMF dans les universités a tardé puisque le nombre de demandes de résidence en médecine familiale n’avait pas baissé comme dans les provinces anglophones. Le Collège québécois de médecins de famille (CQMF) encourage leur création puisque ce mouvement s’inscrit dans son objectif de promotion de la médecine familiale.

Suite à une rencontre avec un des étudiants responsables de GIMF, le CQMF a décidé de préparer un sondage pour ses membres afin de faciliter le rapprochement des étudiants avec les médecins en pratique. Plusieurs besoins des étudiants ont été identifiés et nous faisons appel à vous pour nous signifier votre intérêt et votre disponibilité à y répondre que vous soyez membre ou non de notre organisation.

Le sondage que nous créons actuellement vise à identifier des médecins de première ligne de toutes les régions du Québec qui seraient prêts à participer à la promotion de leur champ de pratique auprès des étudiants en médecine de toutes les universités selon les quatre modes de participation décrits ci-dessous:


Plusieurs étudiants de médecine viennent des régions et seraient très heureux de connaître les médecins qui ont une ouverture et un intérêt à les soutenir d’une manière ou d’une autre. Ce lien privilégié leur serait d’un soutien sans pareil.

Le CQMF cherche à faciliter le pont entre les médecins praticiens et ceux du futur afin de faire découvrir les multiples facettes de notre profession. 

Si vous êtes intéressés, ne tardez pas à nous en faire part. Nous distribuerons vos coordonnées aux étudiants responsables des GIMF qui s’entendront avec vous sur votre capacité d’accueil et les modalités de référence et de contact souhaitées.

Un sondage électronique parviendra sous peu à nos membres; prière d’interpeller vos amis et collègues non membres afin de soutenir nos médecins en herbe.

« L’ÉTUDE EST NOTRE FORCE »
Faire partie du Collège québécois des médecins de famille (CQMF), c’est faire partie d’une communauté qui valorise le maintien de la compétence. C’est ce qu’écrit Dre Sophie Galarneau en mars 2007.3

Fondé en 1954, le Collège des médecins de famille du Canada (CMFC) est l’organisme médical national qui soutient et encourage les médecins de famille à dispenser des soins de santé d’une grande qualité à leurs patients.

Afin de promouvoir la haute qualité des soins de santé, le CMFC encourage et favorise l’atteinte de normes élevées à tous les niveaux de l’éducation médicale et développe une gamme variée de programmes et de services d’éducation médicale continue. La devise du CMFC, NOSTRUM IN STUDIIS ROBUR : l’étude est notre force, sous-tend toutes les activités professionnelles de l’organisme. Ainsi, le CMFC et le CQMF travaillent à deux niveaux : la formation médicale et le développement professionnel continu (DPC).

Premièrement, le CMFC joue un rôle clé dans le maintien de l’excellente réputation de la formation en médecine familiale aux niveaux pré doctoral et postdoctoral dans les 16 facultés de médecine du Canada. Le CMFC procède régulièrement à l’évaluation et à l’agrément des programmes de résidence en médecine familiale.

Deuxièmement du côté du développement professionnel continu, le CMFC et le CQMF jouent un rôle actif.

D’abord, les membres ont toujours été tenus de poursuivre leur DPC. En 1995, le CMFC a mis sur pied MAINPRO®(Maintenance of Proficiency / Maintien de la compétence professionnelle), un programme intégré et global qui lie les différentes politiques entourant le DPC. Flexible et honnête, le programme MAINPRO® repose sur les principes de la formation des adultes et permet aux membres de maintenir à jour les compétences et les habiletés requises pour l’exercice de la médecine. Il comprend des lignes directrices pour le maintien de l’adhésion et le maintien de la certification.

Ensuite, des Assemblées scientifiques annuelles (ASA) sont organisées aux niveaux provincial et national. Depuis 2000, l’ASA nationale a été renommée le Forum en Médecine Familiale (FMF), et est maintenant combiné au colloque annuel de la Section des enseignants et la Section des chercheurs.  Il est tenu au Canada dans une ville différente chaque année et il est coorganisé par le bureau national et la section provinciale hôte.

Enfin, le CQMF développe continuellement des ateliers itinérants de DPC afin de répondre aux besoins d’apprentissage ressentis et observés des omnipraticiens québécois. Notre comité de DPC représente le plus important et le plus actif de nos comités et est responsable de l’accréditation de programmes et d’activités de DPC.

Notre devise « L’étude est notre force » prend toute son importance et sa signification dans les nouvelles orientations du Collège des médecins du Québec (CMQ). En effet, l’obligation du maintien de la compétence pour la revalidation du permis de pratique appuie l’essence même de la naissance du CMFC et du CQMF. Il est donc sans surprise d’apprendre que l’adhésion à notre organisation constitue une option directe à la revalidation du permis de pratique.

d6-laval.pngNouvelles du bureau du CQMF nous déménageons le 31 mai

Le CQMF déménage encore suite à la qualité de l’air. 3210 avenue Jacques- Bureau, bureau 202 à Laval. Nous avons intégré nos locaux au début de juin, mais les travaux n’étaient pas terminés. Nous avons eu une fermeture temporaire des locaux durant 8 jours. Toutefois, c’était transparent au niveau des appels téléphoniques. C’est seulement à la fin août que certains travaux majeurs furent exécutés. Les nouveaux locaux seront très conviviaux, lorsque tous les détails seront réglés. Les plans sont excellents et tout est très fonctionnel. Nous inaugurerons les locaux lorsque tout sera finalisé.

Nous sommes à la recherche de nouveaux employés et si nous les voulons à la hauteur de ce que nous sommes devenus il faudra offrir des salaires compétitifs. Nos difficultés budgétaires et le fait de n’offrir aucun avantage social limite le choix des candidats.

La structure du CQMF demande maintenant 4 employés compétents et permanents plein temps. Le fait d’embaucher continuellement coûte cher. Il faut avoir plus de stabilité, bâtir une bonne équipe.

Nous avons finalement embauché Mme Christine Richard au poste de secrétaire administrative.

d6-Gendron .jpgC’est à l’automne 2007 que Mme Gendron informe Dre Galarneau de son intention de prendre une vraie retraite. Elle ne quittera pas avant que l’exécutif du CQMF trouve la candidate idéale pour ce poste et elle sera disponible pour travailler quelques mois avec sa successeure. Début et stratégie de recrutement pour le poste de directrice administrative. Toutefois, compte tenu de nos budgets limités nous sommes dans l’impossibilité de faire affaire avec une agence spécialisée.

Nous avons collaboré avec l’Université de Sherbrooke au Colloque « La santé des médecins : pa(e)nser autrement ».

Groupe d’intérêt en médecine familiale (GIMF)
Le CQMF émet ses réserves auprès du CMFC dans le contrat avec la Banque Scotia qui met l’accent sur les bourses d’études par université canadienne (17) sans aucune exigence de la part de l’étudiant en médecine auprès de la médecine familiale alors qu’aucun budget de financement des GIMF n’est attribué quand il rejoindrait un plus grand nombre d’étudiants.

Nous avons entrepris des démarches auprès de la Banque Scotia afin d’établir un partenariat qui comprendrait le soutien des activités des GIMF au Québec.

Développement professionnel continu

Nouvelles règles de DPC obligatoires depuis le 1er juillet 2007
Dre Galarneau explique qu’il semble y avoir eu confusion lors du renouvellement du permis de pratique en juillet 2007 (avis de cotisation reçu du Collège des médecins du Québec) puisque la moitié des membres n’ont pas su répondre correctement à la question sur le « Maintien de la certification ». Dre Galarneau informe les membres qu’en étant membre du Collège des médecins de famille du Canada, vous répondez aux exigences du Collège des médecins de Québec pour le maintien de la compétence. Être membre du CQMF et du CMFC est une preuve de maintien de la compétence par l’entremise du programme MAINPRO® et revalide automatiquement le permis de pratique auprès du CMQ. En adhérant au CQMF, la revalidation du permis de pratique est simple : elle est immédiate.

Harmonisation des examens du CMFC, du CMQ et du CMC
Les discussions se poursuivent encore pour tenter de réaliser une véritable harmonisation entre la 2e partie de l’examen du CMC, l’examen du CMQ et l’examen de certification du CMFC. Le groupe principalement ciblé par cet effort est celui des résidents de médecine familiale. D’autres stratégies sont présentement envisagées pour les MFÉ et les résidents du CRMCC.

Nous devons développer des stratégies pour rencontrer les R1 et R2 afin de nous assurer qu’ils resteront membres. Nous avons souligné leur certification par une plaque commémorative présentée à l’ASA 2007.

d6-Diane Clavet.jpgDre Diane Clavet, développement professoral, Université de Sherbrooke nous interpelle :
Elle a participé à notre CA dans la perceptive de réfléchir au lien à établir et/ou à conserver avec la section des enseignants du Collège des médecins de famille du Canada (CMFC) dont elle prendra la présidence en 2008.


Elle nous fait part de ce qui se passe à la section.

  1. Au sujet des communications, elle considère que le réseau de communications n’est pas efficace ni attrayant pour les membres. Elle est ouverte à toutes suggestions afin d’établir une stratégie de communication.
  2. Elle se donne comme mission de soutenir les échanges entre collègues canadiens.
  3. Dre Clavet se charge de nous tenir au courant des développements au sein du Comité des curriculums.


Elle est aussi responsable du développement professoral. Son rôle est d’échanger avec le groupe à la demande des officiers afin de connaître nos préoccupations.

Elle fait un travail de réflexion :


Elle aimerait que le CQMF se positionne, se préoccupe et développe ces 4 volets.

2 Actualité médicale janvier 2007
3 Actualité médicale



2008
d6-NICOLE CLOUTIER.JPG11 février 2008, nouvelle directrice administrative MME NICOLE CLOUTIER
Nous avions retenu trois CV pour des rencontres et à l’unanimité notre choix s’est porté chez cette personne très dynamique, compétente, énergique, perfectionnisme toutes des qualités importantes pour occuper le poste. Tout prouve encore aujourd’hui que c’est un choix très judicieux.

Nous sommes en réflexion sur une réorganisation de la structure de tous nos comités et de leurs membres en fonction des dépenses encourues; balises à formuler sur le nombre de réunions, le nombre de membres, le soutien financier offert à chacune des réunions (déplacement, repas) versus un montant annuel forfaitaire.


d6-CA.jpgCA 16 mai 2008
Drs Jean Zigby, Léonara Lalla, Guillaume Charbonneau, Dominique Deschênes, Antoine Groulx, Bernard Lessard, François Couturier, Mme Christine Richard secrétaire administrative, Mme Nicole Cloutier directrice administrative, Sophie Galarneau, Michèle Aubin, Annick Turcotte, Andrée Gagnon, Éveline Hudon, Johanne Théorêt et Mme Caroline LaBrie adjointe DPC.


d6-ca2.jpg
Depuis quelques années, les réunions du Conseil d’administration du printemps se tenaient dans une résidence privée pour économiser des frais de location d’hôtel. Lorsque dame température était clémente nous pouvions profiter de l’extérieur.

d6-ca3.jpg


Le Collège québécois des médecins de famille défend sa spécialité
Les Drs Sophie Galarneau présidente et Dr Guillaume Charbonneau président désigné, s’expriment dans le numéro du 25 juin de la revue l’Actualité médicale.

Le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) réagit à l’article de la page 7 de l’édition du 23 mai dernier ayant comme titre « Pas d’avantages à être reconnu comme spécialiste en médecine de famille »;

Nous sommes en désaccord avec ce titre et son affirmation.
D’abord, la reconnaissance de la médecine familiale comme spécialité par le Collège des médecins de famille du Canada (CMFC) est en vigueur depuis mars 2007 et est un atout important pour la valorisation de cette discipline.

La médecine familiale est une discipline à part entière et comprend tous les éléments requis à l’appellation de spécialité :

  1. un ensemble défini de savoirs, d’habiletés et d’aptitudes;
  2. une base de recherche en croissance;
  3. un programme de formation postdoctorale; et
  4. un processus de certification.


Elle se distingue des autres spécialités par son contenu, sa valeur et la relation privilégiée qu’elle encourage entre le médecin et ses patients. Sa contribution à l’avancement de la médecine par la recherche clinique est de plus en plus présente sur la scène tant québécoise que canadienne ou internationale.

De plus, depuis le 1er janvier 2008 et ce jusqu’au 31 décembre 2012, il est possible d’obtenir la certification en médecine familiale du CMFC par une voie alternative aux examens et d’ainsi être reconnu comme spécialiste en médecine familiale. Cette nouvelle voie de certification s’adresse aux médecins en pratique ayant été diplômés avant le 1er janvier 1994.

Enfin, plusieurs stratégies contribueront à valoriser la médecine familiale et son image :


La reconnaissance de la médecine familiale comme spécialité est l’une de ces stratégies, et nous invitons tous les médecins à être fiers de cette désignation et à en reconnaître la valeur.

d6-golf1.jpgDepuis quelques années nous participions à certaines activités organisées par le Programme d’aide aux médecins du Québec entre autres le tournoi annuel de golf.

d6-golf3.jpg

Un dossier auquel Dre Sophie Galarneau tenait à cœur. Nous avions pu constater son intérêt en 2001, lorsqu’elle a présidé le comité scientifique de l’ASA 2001 qui traitait de ce sujet « Défi santé mentale : Mission possible ».

Elle voulait une implication plus concrète et c’est enfin chose possible, une collaboration pour des ateliers. La collaboration avec le PAMQ a pris forme et des ateliers sur la santé des médecins seront développés pour être présentés au printemps 2009.


Affaires provinciales
La présidente du CQMF est maintenant invitée à assister, en tant qu’observatrice, aux réunions du Conseil de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec et du Comité des études médicales et de l’agrément (CÉMA) du Collège des médecins du Québec. Elle ajoute que le CQMF a récemment été invité à participer à la réunion initiée par le ministre de la Santé sur la valorisation et l’attractivité de la médecine familiale.  

Développement professionnel continu (DPC)
Dre Galarneau rappelle aux membres que le CQMF est un organisme agréé par le Collège des médecins du Québec et peut donc accréditer des programmes de formation médicale continue. Elle précise également que les membres du CQMF, avec le programme Mainpro®, répondent automatiquement aux exigences du maintien de la compétence du Collège des médecins du Québec.

Atelier « Santé des médecins » (collaboration avec le PAMQ)
Dr Galarneau invite les membres à participer à la soirée-bénéfice, sous forme d’un « dîner-spectacle », dans laquelle les médecins de famille seront invités à faire un numéro sur scène. Cette soirée aura lieu le 5 février 2009. Les fonds serviront à subventionner cinq (5) ateliers sur la santé des médecins, initiative conjointe du CQMF et du Programme d’aide aux médecins du Québec (PAMQ).

Nouvelles du Collège des médecins de famille du Canada (CMFC)
Dre Galarneau informe les membres qu’une nouvelle section, « Section des étudiants », a été créée l’an dernier au sein du CMFC. Une autre section pour les médecins de famille avec des intérêts particuliers ou des pratiques ciblées est en cours de création. Elle vise à construire une niche d’accueil pour tout médecin de famille au sein du CMFC.

C’est lors de cette Assemblée générale annuelle que la Dre Sophie Galarneau termine son mandat comme présidente du comité exécutif
Elle fait une rétrospective des trois principaux objectifs qu’elle s’était fixés.

  1. Rapprocher le CQMF des universités.
    • Petit-déjeuner des enseignants; rencontre annuelle lors de l’Assemblée scientifique annuelle (ASA).
  2. Améliorer la communication entre le CQMF et ses membres ainsi que ses délégués québécois (membres du Québec qui siègent à un des comités du CMFC)
    • Demi-journée consacrée aux représentants et contacts régionaux lors de l’ASA;
    • Les délégués québécois sont invités à participer à la réunion du conseil d’administration du printemps.
  3. Établir une approche des soins partagés en santé mentale où le médecin de famille est au cœur des décisions et du traitement
    • Dre Galarneau mentionne qu’elle n’a pas pu donner suite à cet objectif en raison d’un mandat de présidente trop chargé.


d6-GUILLAUME CHARBONNEAU.jpgLE DR GUILLAUME CHARBONNEAU DEVIENT LE NOUVEAU PRÉSIDENT DU CQMF et le plus jeune…

Sa priorité, valoriser la médecine de famille
LA RELÈVE NE MANQUE PAS À LA PRÉSIDENCE DU COLLÈGE QUÉBÉCOIS DES MÉDECINS DE FAMILLE (CQMF) ET ELLE EST DE QUALITÉ. LE DR GUILLAUME CHARBONNEAU, UN JEUNE OMNIPRATICIEN QUI EXERCE À L’HÔPITAL DE MANIWAKI (NORD DE L’OUTAOUAIS), OÙ IL FAIT DE L’URGENCE, DE L’HOSPITALISATION ET DES SOINS INTENSIFS, A OFFICIELLEMENT PRIS LA TÊTE DU COLLÈGE LORS DE SON CONGRÈS ANNUEL QUI S’EST TENU À QUÉBEC LES 30 ET 31 OCTOBRE DERNIERS. IL SUCCÈDE À LA DRE SOPHIE GALARNEAU, QUI A OCCUPÉ CE POSTE DURANT DEUX ANS.

La désignation du Dr Charbonneau à la présidence du CQMF n’étonnera pas ses anciens collègues des facultés de médecine de l’Université de Montréal et de l’Université de Sherbrooke. Depuis son admission en médecine,

il a toujours occupé des postes élevés dans diverses organisations :


Priorité majeure en tant que président du CQMF :

  1. Valoriser la médecine de famille. Il y a actuellement un momentum dans le milieu médical pour redonner à la médecine familiale ses lettres de noblesse. La FMOQ a récemment dévoilé un énoncé de Politique en médecine familiale. Le Dr Charbonneau entend contribuer à ce mouvement.


Se disant déçu de constater chez les étudiants une perte d’intérêt pour la médecine familiale, il a raconté qu’il n’y a pas une seule journée où il ne se fait pas demander : « Docteur, prenez-vous de nouveaux patients ? », une situation que connaissent bon nombre de médecins travaillant dans les urgences. « Notre devoir est de nous assurer que chaque Québécois pourra avoir un médecin de famille», a-t-il affirmé.

Le nouveau président du CQMF déplore que les étudiants en médecine soient peu exposés à la médecine familiale. Il souhaite qu’ils le soient davantage afin d’enrayer la tendance à la baisse envers cette pratique. « On ne peut pas démontrer aux étudiants tout le bénéfice et l’intérêt que représentent la prise en charge et le suivi des patients en un stage d’un mois ou deux », soutient-il.

Lors d’un point de presse, il a avancé une façon créative d’exposer les étudiants à la réalité de la médecine familiale dès leur admission en médecine. « On pourrait penser à organiser un système où les étudiants en médecine, dès leur entrée à la faculté, suivraient quatre à cinq patients pendant toute la durée de leur cours de médecine. Ils vivraient ainsi une véritable expérience au cœur de la médecine familiale, soit celle de la prise en charge et du suivi des patients.



2009
AGA Structure organisationnelle – restructuration
Docteure Galarneau mentionne que le CQMF est à revoir sa structure organisationnelle. Elle cite, à titre d’exemple, le travail amorcé au niveau de la gestion financière suite à l’élaboration d’une nouvelle charte de comptes dans le but de faciliter les analyses budgétaires. Elle ajoute que le comité de direction travaille à l’élaboration d’un plan d’action concernant les orientations futures du CQMF.

Partenariat avec le PAMQ
Docteure Galarneau fait part aux membres que les fonds amassés lors du dîner-spectacle qui a eu lieu en février 2009 servent à l’élaboration d’une série d’ateliers sur la fatigue en pratique médicale, en collaboration avec le PAMQ. Des cinq (5) ateliers en développement, un atelier de formation est maintenant disponible « La fatigue en pratique médicale » et sera présenté au programme de l’Assemblée scientifique annuelle de l’année 2009. le premier atelier « La fatigue en pratique médicale » d’une série de cinq (5) est terminé. Une première présentation de cet atelier a été faite au Colloque sur la santé des médecins à Orford et sera présenté de nouveau à l’Assemblée scientifique annuelle du CQMF le 12 novembre. Cet atelier est coanimé par les Dres Sophie Galarneau du CQMF et de Sandra Roman du PAMQ. Elle ajoute qu’une entente de partenariat sera rédigée entre les deux parties : le CQMF et le PAMQ. Cette entente servira à définir les rôles de chacun des organismes impliqués et à clarifier la continuité du projet. Elle informe les membres que les prochains ateliers seront développés un peu plus tard.  

Évaluation / Rétroaction
Dre Galarneau note en terminant qu’elle souhaite mettre en place un processus d’évaluation que ce soit pour la fin d’un cycle présidentiel ou pour tout administrateur incluant la directrice administrative. Cette nouvelle initiative débuterait avec sa propre évaluation; courriel qu’elle espère faire parvenir aux membres du conseil dans lequel ils devront évaluer ses habiletés de leadership, les points à améliorer et/ou à développer, et mentionner ce qu’ils ont le plus apprécié dans son cycle présidentiel.

d6-GUILLAUME CHARBONNEAU 2.jpgLe docteur Guillaume Charbonneau souhaite réitérer aux membres la raison pour laquelle il a choisi la « valorisation de la médecine familiale » comme principal mandat à sa présidence. Il ajoute que « l’attractivité de la médecine familiale » fait également partie de sa mission étant donné l’importance et la pertinence du sujet en ce moment. Docteur Charbonneau se dit heureux des développements concernant ces dossiers.

Docteur Charbonneau porte à l’attention des membres les points importants de la mission et des objectifs que le CQMF s’est dotés et souligne qu’il préconise les actions qui valorisent l’organisation et qui sont en lien avec celle-ci. Il dresse un bilan des activités du comité de direction des six derniers mois et informe les membres des récents développements.

Rapprochement avec les étudiants
Docteur Charbonneau informe les membres qu’une rencontre au cabinet du ministre Bolduc a eu lieu en juin dernier durant laquelle le CQMF a présenté un rapport détaillé des besoins financiers des « Groupes d’intérêt en médecine familiale » (GIMF). Le ministre Yves Bolduc a répondu favorablement à cette demande et a annoncé, lors du 1er Symposium étudiant sur la médecine familiale à Québec en septembre dernier, que son ministère allait octroyer sur une période de trois ans 5 000$ aux GIMF par année et 10 000$ annuellement au GIMF hôte du Symposium étudiant, et ce, pour les quatre (4) prochaines années. Docteur Charbonneau précise que des membres des GIMF de l’Université McGill et de l’Université de Montréal étaient présents à cette rencontre.


Dr Charbonneau poursuit en mentionnant que le CQMF a participé au 1er Symposium étudiant sur la médecine familiale, organisé par le GIMF de l’Université Laval, et en profite pour remercier la présence des membres du comité de direction et du Collège des médecins de famille du Canada au kiosque du CQMF. Docteur Charbonneau ajoute qu’il a également fait partie de la Table des leaders dans le cadre de ce Symposium et que l’expérience s’est avérée fort intéressante.

Rapprochement avec les départements de médecine familiale
Docteur Charbonneau se dit ravi des liens que le CQMF a développés avec les directeurs de département et de programme des quatre facultés. Il souligne l’importance d’entretenir et de resserrer ces liens.


Redressement de la situation financière
Le comité de direction travaille à redresser la situation financière précaire dans laquelle le CQMF est plongé. Il est heureux du dernier bilan financier qui indique une amélioration des finances. Étant donné la situation financière précaire que vit présentement le CQMF, nous continuons d’explorer toutes les possibilités pour réduire nos dépenses et augmenter nos revenus. Avec l’aide d’une firme spécialisée, nous sommes présentement à réviser notre structure comptable et réorganiser son fonctionnement. Il nous est pour l’instant difficile de donner un portrait à jour de la situation, mais sommes confiants que nous nous dirigeons dans la bonne direction.

Recrutement d’officiers au sein du comité de direction
Docteur Charbonneau informe les membres que tous les sièges au comité de direction sont comblés et que le comité accueille même la participation de deux étudiants.

d6-Deschênes.jpgAmélioration de l’image du CQMF
Dr Charbonneau félicite le travail effectué par la présidente du comité des communications publiques, docteure Dominique Deschênes et de la directrice administrative, madame Nicole Cloutier, pour la nouvelle image du site Internet ainsi que de celle des tribunes dans L’actualité médicale. Ce nouveau concept et design projette une image plus contemporaine du CQMF.

d6-nicole2.jpg


Création du comité des sages « Wise Counsel »
Dr Charbonneau explique aux membres qu’un comité a été créé à la suite d’une initiative du CMFC dans le but d’étudier, d’analyser et de proposer des suggestions pour aider à augmenter l’adhésion au Québec. À la suite d’une première rencontre qui a eu lieu en septembre dernier, le CQMF doit soumettre un plan d’action au CMFC. Ces propositions et suggestions seront étudiées plus en détail.

Mandat du président
Dr Charbonneau fait part aux membres des dossiers qu’il souhaite mener à terme durant son mandat :


Les défis que le CQMF doit surmonter :


Dr Charbonneau termine sur une note optimiste et rappelle aux membres que l’important est de croire en ce que l’on fait et d’avoir du plaisir à le faire ensemble.

Le président désigné, Dr Antoine Groulx travaille présentement à la révision des règlements et statuts de la constitution. Il signale que cet exercice doit être fait à intervalle jugée pertinente pour éviter d’avoir des règlements qui datent ou qui ne sont plus appropriés.  

Dr Groulx fait état du raisonnement qui entoure cette révision:

  1. Simplifier et mettre à jour les règlements;
  2. Mieux définir les orientations cardinales du CQMF mission, buts et priorités;
  3. Améliorer, simplifier la structure électorale;
  4. Respecter les lignes directrices de la langue française en matière de structure associative;
  5. Préciser la position du CQMF par rapport au CMFC.


Il présente les éléments principaux qui feront l’objet de discussion à la retraite:

  1. Revoir la mission et les objectifs;
  2. Préciser la représentation au conseil d’administration du CMFC;
  3. Préciser la gouvernance;
  4. Préciser la composition, les mandats et rôles du comité de direction et du conseil d’administration, de même que tous leurs membres;
  5. Revoir la procédure électorale;
  6. Revoir les comités permanents


Dr Groulx poursuit en soulignant l’échéancier des étapes de révision :

  1. Propositions de révision discutées à la retraite de mai 2010;
  2. Proposition d’une première version de la constitution et adoption en conseil d’administration de novembre 2010;
  3. Vérification de la conformité aux règlements du CMFC et adoption/suggestions de modifications par celui-ci;
  4. Ajustement et révision légale par un conseiller juridique du CQMF le cas échéant;
  5. Renvoi de la version corrigée au CMFC pour approbation au printemps 2011;
  6. Présentation et adoption des règlements finaux en Assemblée générale annuelle à l’automne 2011.


Dr Groulx fait part aux membres qu’à la suite de la résolution sur la création d’un comité ad hoc sur la révision des règlements, un courriel sera envoyé aux membres du conseil d’administration et les individus intéressés à faire partie de ce comité devront l’informer.



2010
Le CQMF demande un forfait ($) pour l’enseignement au préclinique

Dr Guillaume Charbonneau, président
Si nous voulons que chaque Québécois(e) bénéficie des services d’un médecin de famille, au moins 50 % des étudiants en médecine devront choisir cette spécialité. Plusieurs mesures dont un ajustement de la rémunération doivent être prises pour y arriver. Une des initiatives qui a fait ses preuves est l’exposition précoce à la médecine familiale pendant les études en médecine. Si nous voulons profiter de cette possibilité, il faudra offrir un forfait pour l’enseignement au préclinique. C’est la demande qu’a faite le CQMF à la FMOQ et au ministre de la Santé et des Services sociaux.

Lorsqu’ils font leur choix de spécialité, les étudiants en médecine viennent à peine d’amorcer leur 4e année de médecine. La plupart d’entre eux n’ont fait qu’un ou deux mois de stage en médecine familiale. Il est évident qu’ils n’ont pas été exposés à l’ensemble du champ de pratique de la médecine familiale et certainement pas à sa pratique principale qui est la prise en charge et le suivi. Pour découvrir cette pratique et surtout pour comprendre et vivre le plaisir de la relation médecin patient, les étudiants doivent être exposés à cette pratique sur une bien plus longue période. Il faut donc qu’ils soient en contact dès la première année avec des médecins de famille, leurs patients et leurs milieux de pratique, entre autres le cabinet privé.

Si le ministre et la FMOQ sont sérieux dans leur intention de résoudre le problème d’accès aux médecins de famille, ils ne devront pas attendre la prochaine négociation pour introduire un forfait pour l’enseignement aux étudiants avant l’externat.

Le problème c’est que les forfaits d’enseignement qui existent actuellement s’appliquent seulement aux externes et aux médecins résidents. Plusieurs facultés étudient actuellement la possibilité d’inclure une exposition précoce à la médecine familiale dans leur cursus. Comme vous pouvez vous en douter, il s’agit d’un projet d’envergure. Il faut recruter un grand nombre de nouveaux médecins et de nouveaux milieux pour recevoir les importantes cohortes d’étudiants que nous avons actuellement. Pour y arriver, les facultés de médecine doivent avoir un ensemble d’arguments pour convaincre les médecins de faire de l’enseignement aux étudiants.

Il existe plusieurs raisons pour accepter de faire de l’enseignement aux étudiants. Les médecins enseignants ont la chance de pouvoir transmettre leurs connaissances et leur expérience. De plus, le contact avec les étudiants est une grande source de stimulation pour continuer à apprendre. Aussi, il ne faut pas oublier le potentiel de recrutement. Par contre, il ne faut pas négliger qu’il y a un coût pour les médecins à recevoir des étudiants dans leur pratique. Certains médecins acceptent actuellement de prendre les étudiants sans forfait. Néanmoins, pour qu’un nombre suffisant de médecins acceptent de participer à un tel projet soit l’exposition précoce à la médecine familiale pour tous les étudiants en médecine, il faudra leur démontrer qu’ils seront compensés pour cette nouvelle charge de travail.

Si le ministre et la FMOQ sont sérieux dans leur intention de résoudre le problème d’accès aux médecins de famille, ils ne devront pas attendre la prochaine négociation pour introduire un forfait pour l’enseignement aux étudiants avant l’externat. Ils doivent le rendre disponible dès maintenant pour démontrer aux facultés qu’elles seront soutenues si elles se lancent dans des projets d’exposition précoce à la médecine familiale. Voilà pourquoi le CQMF a écrit à ses partenaires qui sont responsables de la négociation des ententes pour les encourager à aller dans ce sens le plus tôt possible.4

Dr Guillaume Charbonneau
En 2006, j’ai accepté de devenir président désigné du Collège québécois des médecins de famille puisque c’était le seul organisme médical qui osait parler de reconnaître la médecine familiale comme spécialité. En 2007, j’ai eu la chance de voter en faveur de la résolution qui a officialisé cette reconnaissance. Grâce au leadership de notre organisation, le Collège des médecins du Québec devrait lui aussi reconnaître la médecine familiale comme spécialité à l’automne 2010.

C’est le désir de valoriser la médecine familiale qui a été mon guide pendant les deux années de mon mandat. Dans cette optique, nous avons participé à la Table de concertation sur l’accès aux médecins de famille et aux services de première ligne. Nous avons également utilisé toutes les tribunes disponibles pour parler de la médecine familiale et de son importance pour améliorer la santé des Québécois.

Le support aux étudiants qui valorisent la médecine familiale est primordial pour s’assurer que la médecine familiale est reconnue à sa juste valeur par les futurs médecins. En 2003, notre Collège a créé les Groupes d’intérêt en médecine familiale (GIMF).

En 2009, le GIMF de l’Université Laval a créé un événement majeur : Le 1er Symposium étudiant sur la médecine familiale. Celui-ci a été un succès extraordinaire. Cet événement aura maintenant lieu toutes les années et ce sont les étudiants de l’Université McGill qui seront les hôtes en 2010. Pour aider les étudiants, nous avons rencontré le ministre de la Santé et des Services sociaux. Le ministre Bolduc a accepté notre demande de financement de 100 000$ pour les GIMF et les symposiums.

Nous avons également créé deux postes à notre comité de direction pour les étudiants et deux postes également pour les médecins résidents. En ce qui a trait aux communications, nous avons fait une sortie publique contre le ticket modérateur, avons changé notre site internet et avons créé un communiqué de nouvelles par courriel : le CQMF en BREF.

Ma plus grande satisfaction est certainement que nous ayons réussi à réunir une équipe dynamique de toutes les régions du Québec qui compose aujourd’hui notre comité de direction et notre conseil d’administration. Une de nos réalisations moins glorieuses, mais pourtant fondamentales pour toute organisation aura été de rétablir les finances du CQMF et de recruter et de former une nouvelle directrice administrative, madame Nicole Cloutier.

Pendant ces deux dernières années, j’ai eu l’occasion de travailler avec une équipe exceptionnelle que je tiens à remercier. Je tiens aussi à remercier nos employés et notre directrice administrative sans qui l’organisation ne pourrait pas fonctionner.

VALORISATION DE LA MÉDECINE FAMILIALE
Le Dr Guillaume Charbonneau a fait de « la valorisation de la médecine familiale » le thème de sa présidence. Voici les actions entreprises pour atteindre cet objectif depuis le dernier défilé :

  1. Reconnaissance de la médecine familiale comme spécialité au Québec
  2. Table de concertation sur l’accès aux médecins de famille et aux services de première ligne
  3. Euthanasie
  4. Comité des sages
    1. Objectif : augmenter la pertinence du CMFC pour les médecins de famille du Québec
    2. 1re réunion initiée par le CMFC
    3. Sous-comité du CQMF présidé par la Dre Marie-Dominique Beaulieu
    4. Discussion à la retraite du CQMF en avril 2010
  5. Retraite 2010 – 29 et 30 avril
    1. Plan triennal


Approbation d’activités de développement professionnel continu (examen éthique)

Le CQMF accuse un retard par rapport à la même date l’an dernier en ce qui a trait à l’approbation d’examen éthique. Un ralentissement se fait ressentir depuis le début de l’année 2010.

Le CQMF prépare sa retraite du 29 et 30 avril prochain. Cette réunion de deux jours avec les membres du conseil d’administration et invités spéciaux se veut une réflexion sur notre organisation. Parmi les sujets que nous souhaitons aborder, nous retrouvons : appartenance et gouvernance (position du CQMF & lien avec le CMFC), mission du CQMF, partenariat avec les universités, GIMF, révision de notre structure organisationnelle (composition du comité de direction/conseil d’administration), stratégies de développement professionnel continu et de communications publiques, et autres.

« Je choisis la médecine familiale » Deuxième Symposium étudiant sur la médecine familiale

d6-Lisa Graves.jpgDre Lisa Graves, présidente du comité des GIMF, CQMF
Le 25 septembre prochain marquera le deuxième Symposium étudiant sur la médecine familiale au Québec.

À l’occasion de cette deuxième conférence annuelle organisée par les étudiants du Groupe d’intérêt en médecine familiale de l’Université McGill, en collaboration avec le Département de médecine familiale de l’Université McGill, les étudiants se réuniront sous le thème « Je choisis la médecine familiale » et prendront part à une journée d’apprentissage qui fera la lumière sur la profondeur et l’étendue du champ de pratique de la médecine familiale.

Lors de cette journée qui comprendra notamment une allocution de la docteure Vania Jimenez, médecin de famille bien connue, les étudiants auront la chance d’assister à des ateliers – technique spécialisée de réanimation cardio-respiratoire, échographie en technique FAST, infiltration pour les troubles musculo-squelettiques, plâtre, accouchement, insertion de dispositif intra-utérin, intubation et réparation de plaie − dans les installations à la fine pointe de la technologie du Centre de simulation médicale de McGill. Outre ces ateliers, les étudiants pourront prendre part à un large éventail de conférences qui leur permettra d’en apprendre davantage sur les compétences requises en médecine familiale et dans les champs plus spécifiques suivants: la médecine d’urgence, la toxicomanie, la santé en milieu rural, communautaire et environnementale, les soins de maternité et périnatalité et la pratique en milieu hospitalier. Les thèmes de la médecine en pratique privée et de la pratique clinique centrée sur le patient seront également abordés tout au long de la journée.

De nombreux résidents et représentants de programmes de résidence seront présents, afin de permettre aux étudiants d’être bien informés quant à la grande diversité de choix de carrière en médecine familiale.

Tous les ateliers et conférences seront menés par des médecins de famille.

D’autre part, les étudiants auront l’occasion de rencontrer les dirigeants provinciaux en médecine familiale et d’échanger avec eux. De nombreux résidents et représentants de programmes de résidence seront également présents, afin de permettre aux étudiants d’être bien informés quant à la grande diversité de choix de carrière en médecine familiale. Au cours du déjeuner et du dîner qui prendra la forme d’un repas « tapas », les étudiants pourront échanger avec leurs pairs et visiter les kiosques des organisations d’accueil, des programmes de résidence et des programmes ruraux.

La date approche à grands pas et les étudiants de toutes les universités du Québec et du programme francophone de l’Université d’Ottawa ont été invités. Plusieurs étudiants sont attendus et le taux de participation devrait atteindre celui de l’an dernier, soit quelque 600 participants.

Promotion de la médecine familiale
Après avoir investi dans la valorisation de la médecine familiale et du CQMF, il est maintenant temps de promouvoir le CQMF et la médecine familiale;

Le plan stratégique s’articule autour des discussions et orientations prises lors de la dernière retraite.


Révision du conseil d'administration et de la structure permanente.

Repositionnement du CQMF en DPC


Transformation des communications avec les membres


Négociations syndicales


Situation financière


À l’AGA, son dernier rapport comme président du comité de direction

d6-Guillaume Charbonneau 3.jpgLe docteur Guillaume Charbonneau prend la parole et remercie la docteure Galarneau en soulignant la fin de son cycle présidentiel de six (6) ans. Il profite de l’occasion pour remercier les administrateurs du CQMF pour leur l’engagement et dévouement.

Le docteur Charbonneau donne un bref historique de son arrivée au CQMF. Il mentionne que lorsqu’il a accepté le mandat du CQMF, il était déjà impliqué comme résident sur un comité sur la valorisation de la médecine familiale. Il explique que le dossier sur la reconnaissance de la médecine familiale comme spécialité l’a interpellé. Il se dit réjoui d’avoir voté en 2007 la résolution du Collège des médecins de famille du Canada (CMFC) qui reconnaissait la médecine familiale comme une spécialité au Canada. Il souhaite que le Collège des médecins du Québec (CMQ) emboîte le pas dans un avenir très rapproché.

Valorisation de la médecine familiale (thème principal de son mandat)
Le docteur Charbonneau informe les membres que le CQMF a participé à la Table de concertation, créée par le ministère de la Santé, sur l’accès aux médecins de famille et aux services de première ligne. Il ajoute que le CQMF a profité de toutes les tribunes possibles pour mettre en valeur l’importance de la médecine familiale. Il se dit ravi aujourd’hui de voir la vitesse à laquelle ce dossier a progressé.

d6-barbara_starfield (1).jpg
Le docteur Charbonneau note l’étude de la docteure Barbara Starfield, pédiatre, « L’accès aux soins de première ligne et aux médecins de famille, un impact sur les résultats de santé d’une population » dans laquelle on démontre et prouve que lorsqu’on augmente le nombre de médecins de famille dans une population donnée, les résultats en termes de santé s’améliorent.

Le docteur Charbonneau ajoute que plus de deux millions de Québécois n’ont toujours pas de médecin de famille (25% de la population); situation la plus inquiétante par rapport au reste du Canada. Il rappelle donc que pour faire évoluer ce dossier, il sera important de toujours :


Le docteur Charbonneau énumère les actions entreprises par le CQMF pour encourager les étudiants à choisir la médecine familiale :


Le docteur Charbonneau termine en mentionnant d’autres réalisations importantes durant son mandat
:

d6-NICOLE CLOUTIER.JPG
Nicole Cloutier


Le docteur Charbonneau termine en mentionnant que le CQMF fait désormais partie de l’échiquier québécois du gouvernement pour les dossiers traitant de la médecine de première ligne.

Médecins de famille avec intérêts particuliers ou pratiques ciblées : cette Section compte maintenant huit (8) programmes : soins palliatifs, santé mentale, médecine d’urgence, soins de maternité et de périnatalité, soins aux personnes âgées, anesthésiologie pour la pratique générale et familiale, médecine du sport et de l’exercice, médecine respiratoire. Plusieurs autres domaines sont actuellement dans le processus pour inclusion.

Programmes de formation pré doctorale et postdoctorale : le conseil d’administration du CMFC a approuvé Rôles CanMEDS – médecine familiale; un document créé par le groupe de travail de la Section des enseignants sur la révision du cursus « Triple C » fondé sur les compétences - complet, continu et centré sur la médecine familiale.

d6-Antoine Groulx .pngC’est lors de cette Assemblée générale annuelle que le docteur Groulx s’adresse brièvement aux membres et leur fait part des principaux objectifs de son mandat en tant que président du CQMF.

Dr Antoine Groulx succède au Dr Guillaume Charbonneau.
Le Dr Antoine Groulx, médecin de famille au CSSS de la Côte-de-Gaspé, succède au Dr Guillaume Charbonneau et prend la tête du CQMF. Dr Groulx entame sa présidence fort de plusieurs expériences en leadership et en enseignement ainsi que d’une solide formation en administration. Sa présidence incarne une migration naturelle des activités du CQMF : de la valorisation de la médecine familiale, le CQMF s’attaque maintenant à la promotion de notre spécialité.


Il souligne qu’aujourd’hui le CQMF :


Le docteur Groulx poursuit en mentionnant qu’il continuera le travail du docteur Charbonneau en ce qui concerne la valorisation de la médecine familiale et s’engage comme président à :


Il conclut que pour accomplir tout cela, le CQMF a adopté une nouvelle devise qui est née de ses membres les plus engagés lors de la retraite du printemps 2010, qui se veut rassembleuse, évocatrice et enthousiaste, et qui concrétise l’engagement du CQMF à soutenir l’excellence en médecine familiale, « Développer, valoriser et promouvoir l’excellence en médecine familiale ».


Nouvelles orientations
Pour achever sa transformation, le CQMF doit :


Dr Antoine Groulx inscrit sa présidence dans la continuité de celle du Dr Charbonneau. Après avoir investi dans la valorisation de la MF et du CQMF, il est maintenant temps de promouvoir le CQMF et la Médecine familiale.

Le plan stratégique du Dr Groulx s’articule autour des discussions et orientations prises lors de la retraite du CQMF au printemps 2010 et s’appuiera notamment sur une...


Examens et certifications :


d6-presidente.jpgPrésidente sortante
Chers membres et collègues, je vous remercie de votre soutien tout au long des six années du cycle présidentiel que j’ai parcouru depuis 2004.

Fort de mon expérience professionnelle au sein du CQMF, je quitte ce poste avec l’assurance que l’organisme poursuivra sa trajectoire de développement amorcée depuis quelques années, en particulier avec le soutien du comité de direction en place et les nouvelles orientations définies lors de sa retraite triennale en avril 2010.

J’aurai eu le privilège de travailler sur deux dossiers importants : celui des universités et celui du programme d’aide aux médecins du Québec (PAMQ).

Dans le premier, le CQMF a consolidé ses liens et les points communs de sa mission avec celle des quatre institutions de formation des futurs médecins québécois. De nouveaux projets vont émerger de cet intérêt partagé à collaborer de façon concrète pour soutenir la formation des médecins et leurs enseignants.

Dans le second, le CQMF a élaboré un partenariat avec le PAMQ pour la promotion de la santé des médecins. Par les fonds que le spectacle « La Santé en Folie » a permis de recueillir en plus de mettre en valeur le talent de la communauté médicale, l’atelier « Grosse Fatigue » qui porte sur la fatigue dans la pratique médicale a su naître.

L’expérience enrichissante recueillie lors de mes fonctions n’aurait pu avoir lieu sans l’appui de plusieurs personnes à qui j’aimerais faire des remerciements personnalisés. D’abord auprès du président actuel, le Dr Guillaume Charbonneau, qui a relevé les défis de recruter de nouveaux membres pour pourvoir les postes restés inoccupés, d’assurer une meilleure et pertinente communication avec nos membres en plus de s’impliquer à fond dans les activités de promotion et de valorisation de la discipline de la médecine familiale qui nous est chère.

Ensuite auprès du président désigné, le Dr Antoine Groulx, qui saura mener le CQMF par son implacable rigueur, dans sa dernière phase de restructuration et l’outiller dans ses nouvelles orientations où la pertinence et l’excellence seront au rendez-vous.

Auprès du comité de direction du Collège des médecins de famille du Canada et de la directrice aux affaires professionnelles, Dre Francine Lemire, qui se soucient du développement futur du CMQF et appuient nos initiatives et notre vision distincte.

Auprès de la directrice administrative du CQMF, madame Nicole Cloutier, pour son étroite aide et sa collaboration indéniable ainsi que pour sa vision, son énergie, sa complicité, son perfectionnisme et sa volonté de faire avancer notre organisme.

Auprès des membres du comité de direction, qui investissent leur temps et leur énergie pour assister le CQMF dans toutes ses activités. Auprès du conseil d’administration, qui contribue de façon intermittente, mais intensive au fonctionnement global de l’organisme.

Auprès des employés du bureau administratif qui, jour après jour, assurent la constance de l’organisme, s’appliquent à leurs tâches réciproques et veillent à offrir le meilleur service possible aux membres.

Et enfin auprès de madame Danielle Gendron, ancienne directrice administrative, qui m’a initiée à la tâche de présidente de façon aussi graduelle que possible.

Je me retire à ce moment en m’écriant « longue vie au CQMF » ! Et que ses successeurs perpétuent son originalité et sa vision créative pour contribuer à l’avenir québécois de la spécialité de la médecine familiale.

4 Actualité médicale février 2010



2011
Reconnaissance de la « médecine de famille » comme spécialité au Québec
56 ans plus tard…

Le 10 novembre 2010, le Collège des médecins du Québec (CMQ) et le gouvernement reconnaissaient la médecine de famille au compte des 54 spécialités maintenant reconnue au Québec. (Souvenez-vous qu’en 1954 c’était l’un des principaux objectifs de la fondation du CMFC et de ses sections)

d6-Antoine Groulx 2.jpgLe président Dr Antoine Groulx nous informe dans un article de l’Actualité médicale de février 2011…
Les médecins de famille, sacrés spécialistes !

Pourquoi cette reconnaissance?


Ce que change cette reconnaissance?


Qu’en est-il des médecins non certifiés par le CMFC?
Le CMQ a unilatéralement décidé de faire profiter du certificat de spécialiste de la province de Québec (CSPQ), tous les médecins de famille en exercice actif au Québec au moment du changement de loi.

Les médecins de famille ayant ainsi obtenu leurs lettres « CSPQ» n'obtiennent PAS le droit d'utiliser les lettres «CCMF» propres aux médecins ayant complété avec succès un programme de résidence en médecine de famille ou une voie alternative à la certification.

Tous les médecins non certifiés «CCMF» souhaitant obtenir ce prestigieux titre peuvent dès maintenant accéder à une voie alternative à la certification en communiquant avec nous.

Avril 2011 Transformation majeure des communications avec les membres :


Repositionnement du CQMF en DPC :


Négociations syndicales
Les premières offres du gouvernement dans le cadre des négociations syndicales ont été qualifiées de méprisantes par la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) et soutenues par le biais de communications média par le président du CQMF. D’autres interventions médiatiques du président ont fait suite à des propos particulièrement acerbes de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) dans le cadre de ces discussions. Les négociations sont toujours en cours.

Enseigner aux résidents : un travail d’équipe!5

d6-Dominique Deschênes2.jpgDominique Deschênes, M.D., CCMF Vice-présidente aux communications, CQMF
Enseigner avec passion le métier de médecin de famille aux résidents constitue un grand défi. Je crois en cette relève qui affiche un leadership et une motivation exceptionnels. Tout comme nous, ils seront des vecteurs importants de la survie et de l’épanouissement de la médecine de famille au Québec tel que nous essayons de la développer actuellement, soit un pivot essentiel de la première ligne.

d6-Justine Galarneau Girard.jpgJustine Galarneau-Girard, M.D., CCMF Représentante des résidents, CQMF
Je suis impressionnée par la volonté qu’ont mes superviseurs à me transmettre leur passion pour la médecine de famille et par l’étendue de leurs connaissances. Leur amour pour la profession, leur énergie et leur écoute m’aident à construire mon identité professionnelle. Je me sens soutenue autant lors de mes réussites que lors de mes échecs et grâce à eux, j’acquiers l’autonomie nécessaire pour devenir un bon médecin. Pour moi, un médecin enseignant, c’est aussi un modèle !


Le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) est depuis toujours au cœur de l’enseignement. Nous désirons soutenir nos médecins enseignants et accomplir ensemble le défi de guider nos résidents durant leur formation. La liste ci-dessous n’est que quelques exemples de ressources et avantages que procure aux résidents l’adhésion « gratuite » au CQMF et nous les invitons à en profiter. Ces outils pourront leur venir en aide tant pour parfaire leurs connaissances médicales, pour développer leur identité professionnelle et autonomie que pour animer leur passion pour la médecine de famille. 


Mainpro®: flexibilité dans votre programme de développement professionnel continu
Le programme Mainpro® comprend une série d’outils d’apprentissage novateurs que les médecins de famille peuvent utiliser, afin de personnaliser leur formation professionnelle continue, conformément à leurs besoins d’apprentissage spécifiques.

d6-Leonara lalla.jpgDre Leonara Lalla, présidente du Comité de développement professionnel continu CQMF

Parmi les programmes de développement professionnel continu dont peuvent se prévaloir les médecins québécois,on compte notamment Mainpro®, le programme de maintien de la compétence professionnelle du Collège des médecins de famille du Canada (CMFC). Le programme Mainpro® offre de nombreuses opportunités d’apprentissage dans différentes catégories.

Catégories de crédits
Mainpro-M1 et (ou) Mainpro-C
Activités accréditées par le Collège québécois des médecins de famille, organisme agréé par le Collège des médecins du Québec, et par le Collège des médecins de famille du Canada.

Mainpro-M2
Activités non accréditées qui comprennent certaines activités autodirigées comme l’enseignement, la lecture de périodiques, etc.

Ateliers Mainpro-C
Les activités de développement professionnel continu comprenant un élément d’auto réflexion documenté peuvent être admissibles aux crédits Mainpro-C. Ces activités comprennent notamment certains congrès approuvés par le CMFC, les programmes de techniques spécialisées de maintien des fonctions vitales et le programme « Apprentissage en petit groupe basé sur la pratique »(APGBP). Mainpro-C comprend également un nombre de programmes autodirigés dont PerlesMC et relier l’apprentissage à la pratique.

PerlesMC est un exercice fondé sur la preuve clinique dans lequel le médecin identifie d’abord une question clinique se rapportant à sa propre pratique. Appliquant ensuite un processus en cinq étapes, le médecin analyse la question, prend une décision clinique et étudie par la suite l’impact de cette décision sur sa pratique.

Relier l’apprentissage à la pratique
À l’instar de PerlesMC, ce module amène encore une fois le médecin à identifier et analyser une question en lien avec sa pratique. Cependant, ces questions peuvent se rapporter à n’importe quel aspect légitime du rôle du médecin de famille, comprenant entre autres la recherche, l’enseignement, ou les fonctions administratives.

Par exemple, le médecin pourrait choisir d’analyser une question soulevée à la suite d’une visite d’agrément à laquelle il a participé.

Autoapprentissage® est une activité d’apprentissage offerte en ligne.Souple, pratique et fondée sur la preuve clinique, cette activitépermet aux médecins d’évaluer leur maîtrise des renseignements publiés dans la littérature médicale courante. Les modules renferment des questions tirées de revues médicales évaluées par des pairs. Les apprenants font ensuite l’objet de suivi sous forme de commentaires sur leurs réponses avec des renvois vers des références pratiques permettant d’approfondir l’apprentissage.

Les GIMF : des étudiants passionnés par la médecine de famille6
d6-marie-claude-moore2011-sm (1).jpgMme Marie-Claude Moore, représentante de la section des étudiants au CQMF – GIMF,
Étudiante en 4e année de médecine à l’Université de Montréal

Connaissez-vous les GIMF ? Les Groupes d’intérêt en médecine familiale ont été créés par le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) en 2003 à la suite d’une importante diminution des admissions à la résidence en médecine de famille dans les universités québécoises. Il s’agit de comités présents dans chacune des facultés de médecine du Canada ainsi que dans leurs campus satellites. Ils sont formés d’étudiants désireux de mieux connaître et de faire la promotion de la médecine de famille auprès de leurs collègues. Ces comités dynamiques organisent chaque année de nombreuses activités, telles que dîners-conférences, soupers-causeries et ateliers d’habiletés techniques (points de sutures, infiltration intra-articulaire, Fast-echo, etc.). Ces activités sont possibles non seulement grâce à l’implication des étudiants, mais aussi grâce à la participation de médecins dévoués et passionnés qui donnent généreusement de leur temps aux GIMF.

Beaucoup de travail reste encore à accomplir pour combler le manque de médecins de famille au Québec. Nous sommes cependant convaincus que, combinés à des mesures telles que la reconnaissance de la médecine de famille comme une spécialité, les initiatives autant locales que provinciales des GIMF contribuent à faire naître une étincelle chez des étudiants qui développeront rapidement une réelle passion pour la médecine de famille.

Antoine Groulx nous confie que :
Le plan stratégique établi suit son cours :


Le Nouvo CQMF : redressé et dressé! Dr Antoine Groulx
L’année qui s’achève a été celle du parachèvement d’un exercice de redressement de longue haleine, entrepris par une équipe aussi dévouée que motivée il y a déjà quatre ans.

À l’aube d’une ère virtuelle dans laquelle le prêt-à-porter côtoie le sur mesure, le CQMF devait retrouver sa place et redéfinir son rôle sur l’échiquier québécois de la spécialité de demain : la médecine de famille!

Afin d’assurer la pérennité de l’exercice, nous avons alors entrepris un difficile exercice de redressement financier et organisationnel. Au terme d’un cheminement passionnant de consultation et de réflexion analysant l’aujourd’hui et le demain de notre spécialité et de notre Collège, notre conseil d’administration est parvenu à proposer les assises du « Nouvo CQMF ».

Le CQMF d’aujourd’hui peut ainsi être fier d’afficher bien haut sa devise : développer, valoriser et promouvoir l’excellence de la médecine de famille au Québec! Concrètement, le Collège reste encore la seule organisation provinciale dont le mandat principal s’intéresse à l’avenir de la médecine de famille. De plus, nous contribuons activement à la valorisation des médecins qui exercent cette spécialité, notamment en nous appuyant sur le réputé programme Mainpro®. Son adaptation bien québécoise, revue de fond en comble pour l’arrimer aux plus hauts standards d’éthique et d’excellence sur les scènes provinciale comme nationale nous promet d’accéder au rang de leader en cette matière au cours des années à venir.

En outre de pouvoir prétendre à cette place unique, nous le faisons aujourd’hui avec fierté sur un nombre grandissant de tribunes, en affichant une image rajeunie et dynamisée comme en en témoignent nos communications avec nos membres (plus de 3 000!).

Cette position stratégique maintenant occupée par le CQMF peut de surcroit compté sur une toute nouvelle permanence médicale, propice à soutenir nos efforts stratégiques auprès de nos partenaires universitaires et syndicaux. L’avenir s’annonce donc aussi enthousiasmant que prometteur. Les années qui viennent feront la part belle à la recherche clinique en médecine de famille, prémisse essentielle pour tendre vers l’excellence. Forts de cette expertise, les médecins de famille, quarts-arrière du réseau de la santé, sauront se dresser avec fierté face aux défis de demain!

5 Actualité médicale, avril 2011
6 Actualité médicale, août 2011



2012
Renaissance au CQMF !7
d6-Antoine Groulx.jpgDr Antoine Groulx, président
Le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) a profité du récent Forum en médecine familiale (FMF) du Collège des médecins de famille du Canada (CMFC) pour dévoiler la suite de son plan de mise en valeur.

Les quelque 4 000 médecins de famille (dont près de 1 000 du Québec seulement) ont ainsi pu découvrir les nouvelles couleurs et la structure de l’organisation, plus adaptées aux besoins de ses membres et propices au déploiement de ses forces.

Avec cette mutation, le CQMF poursuit son engagement à se rapprocher de ses plus jeunes collègues, des enseignants et des chercheurs tout en mettant l’accent sur ses produits phares :



d6-logo3.png

Le logo traduit...


La devise souligne l’importance que nous accordons...


d6-Marie-Josee-Campbell.jpgLe CQMF a accueilli en mars dernier madame Marie-Josée Campbell à titre de coordonnatrice au DPC en remplacement de madame Caroline LaBrie qui a quitté ses fonctions pour relever de nouveaux défis.

 

d6-Antoine Groulx .png
Le vendredi 8 juin 2012, sous le thème « Une vision commune, une expertise partagée », tous les médecins et professionnels de la santé qui contribuent à la formation des résidents en médecine de famille sont conviés à un amical rendez-vous au Pavillon Vandry de l’Université Laval. (Initiative conjointe entre le CQMF et les quatre départements de médecine de famille.

d6-line-langlois.jpgLe Colloque québécois des enseignants en médecine de famille : un rendez-vous à ne pas manquer.
Dr Antoine Groulx, président
Dre Line Langlois, responsable comité organisateur bipartite CQMF

Une heureuse collaboration…
En effet, le Collège québécois des médecins de famille et les quatre Départements de médecine de famille et d’urgence du Québec se sont associés afin d’offrir une occasion unique aux différents médecins et professionnels de la santé, impliqués d’une façon ou de l’autre dans l’enseignement des futurs médecins de famille, pour se rencontrer et partager leurs expériences.

Pour ce faire, les responsables de formation professorale des Départements de médecine de famille et d’urgence des Universités Laval, McGill, Sherbrooke et Montréal ont sélectionné, à même leur matériel pédagogique, des ateliers éprouvés et applaudis dans leur département respectif avec le souci de concocter un programme qui répond aux nombreux champs d’intérêt des enseignants.

… par et pour des gens passionnés par l’enseignement
Ainsi, tous les enseignants et résidents attirés par une carrière académique pourront découvrir des ateliers pédagogiques nouveaux, complémentaires ou à saveur différente de ce qui est offert dans leur propre réseau d’enseignement, tout en rencontrant des collègues issus de différents milieux mus par les mêmes passions et aussi, parfois, aux prises avec les mêmes préoccupations.


d6-vision.jpg

Le retour du Colloque québécois des enseignants en médecine de famille en partenariat avec les départements de médecine familiale en 2012 fut une réussite. Et le prochain se tiendra en 2015.

Le développement et la promotion de la médecine de famille au Québec : un rôle en évolution
Le CQMF est soucieux de s’adapter aux besoins de ses membres qui prodiguent des services de qualité dans une société qui remet en question l’efficacité des services offerts en première ligne. En mai dernier, le Dr Antoine Groulx a orchestré de mains de maître la grande retraite du CQMF pendant laquelle nos leaders ont discuté des défis de l’avenir de notre spécialité.

Notre équipe appuie les principes du Centre de médecine de famille du Collège des médecins de famille du

Canada (CMFC) qui sont au cœur des grands débats actuels de notre société en soins de santé de même que chez nos partenaires : l’accessibilité aux soins de première ligne, la pratique de la médecine de famille qui se définit par la polyvalence, le travail interprofessionnel de même que l’organisation d’une pratique qui s’articule autour des plus récentes technologies.

Le CQMF analyse actuellement l’évolution des soins partagés en santé mentale au Québec et identifie la pertinence de soutenir la promotion et le développement de cette expertise qui est omniprésente dans la pratique quotidienne des médecins de famille.

Médecins de famille en début de carrière : Que pensez-vous du mentorat ?
Le CQMF a décidé d’unir ses forces au CMFC en travaillant de pair avec la représentante du Québec à son comité des Cinq premières années de pratique. Ainsi, le CQMF propose une réflexion riche et approfondie sur la définition de ce titre de même que sur ce qui existe déjà comme initiative au Québec à ce sujet.

Le CQMF propose aussi d’améliorer la communication intergénérationnelle; cette notion pourrait répondre indirectement aux besoins d’accessibilité aux soins de première ligne au Québec en stimulant les jeunes médecins à être plus confiants, performants et polyvalents en début de carrière, mais aussi en orchestrant une transition plus équilibrée des soins offerts aux patients pour les médecins en fin de carrière.

Août 2012   Direction et CA       
Le CQMF s’est doté d’une permanence médicale dans sa structure organisationnelle par l’embauche d’un directeur médical. Cet ajout a pour but de supporter le président et le personnel permanent et d’assurer une stabilité et une croissance à l’organisation. Le Dr Roch Bernier, ancien président du CMFC, a été recruté pour occuper ces fonctions. Soutien et continuité des orientations stratégiques à moyens et longs termes.

Enfin ! depuis au moins une décennie le CQMF souhaitait l’embauche d’un directeur médical
Le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) est fier d'annoncer l'embauche du Dr Roch Bernier au poste de directeur médical. Ce tout nouveau poste permanent a été créé en réponse à la vitalité de l'organisation dans une perspective de croissance optimale. Le Dr Bernier amorcera son mandat cet automne à raison d'une journée par semaine. Les défis et projets qui l'attendent seront aussi ambitieux que nombreux!

Pourquoi un directeur médical?
Le CQMF occupe une place grandissante sur l'échiquier gouvernemental, politique et social en matière de santé. Il est de plus en plus interpellé et impliqué dans différents enjeux au Québec et au Canada. Le CQMF se devait de mettre en place les moyens d'assurer sa crédibilité auprès de ses partenaires sans égard aux cycles présidentiels rapidement changeants. Le directeur médical assurera ainsi la crédibilité et la pérennité du CQMF en plus de permettre aux présidents de se consacrer davantage à leur mandat de leader et porte-parole. Ensemble, ils travailleront en synergie à développer, valoriser et promouvoir l'excellence en médecine de famille au Québec.

d6-Roch Bernier.jpgPourquoi le Dr Roch Bernier?
S'appuyant sur une expérience aussi solide que diversifiée, le Dr Roch Bernier incarnait le candidat idéal pour ce poste. En effet, sa carrière lui a permis d'agir à certains moments comme clinicien, tout particulièrement dans le milieu communautaire, mais aussi comme enseignant, à titre de professeur titulaire au département de médecine de famille de l'Université de Sherbrooke, et gestionnaire, menant à terme de nombreux projets d'envergure.

Ses connaissances approfondies du CQMF et du CMFC où il s'est engagé avec leadership dans diverses fonctions, notamment celles de président, se combinent fort bien à celles occupées plus récemment en administration en Beauce où il agit encore aujourd'hui comme DSP. Soulignons aussi ses fonctions passées de président du Collège des médecins du Québec (CMQ), de directeur général de la Fondation Lucie et André Chagnon et du Centre d'expertise en santé de Sherbrooke qui ont aussi contribué à étoffer son excellente candidature.

Le Dr Bernier assurera la continuité des dossiers du CQMF en plus de voir au recrutement perpétuel de membres actifs au comité de direction et conseil d'administration. Il incarnera une personne clé pour les employés du bureau administratif en les soutenants dans les dossiers qui nécessitent une expertise médicale.

Le CQMF inaugure son nouveau prix décerné à un étudiant en médecine ou un résident en médecine familiale pour son engagement remarquable et son leadership exceptionnel dédié à la médecine de famille. Le prix s’intitulera « Prix de la relève en médecine de famille » et sera remis pour la 1re fois à l’ASA en novembre 2012.

Le CQMF dévoilera son 1er récipiendaire du « Prix de la relève en médecine de famille » lors de la cérémonie de remise des prix en novembre prochain dans le cadre de son ASA. Ce prix vient rapprocher le CQMF des étudiants, un public cible important.

d6-Bourdua-Roy.jpgLa Dre Bourdua-Roy a été la co-responsable du premier symposium étudiant sur la médecine familiale et elle a convaincu le ministre de la Santé, le Dr Yves Bolduc, de contribuer financièrement à ce symposium. À la suite de son implication au groupe d'intérêt en médecine familiale de l'Université Laval, elle a contribué à la mise en œuvre de la revue Première ligne (www.premiereligne.org), une revue web sur la médecine familiale soutenue par la FMOQ et pour laquelle elle a occupé la fonction de rédactrice en chef. La Dre Bourdua-Roy est actuellement résidente en médecine familiale à l'Université de Montréal.

Le comité a reçu de nombreuses candidatures pour le prix de la relève en médecine familiale témoignant ainsi de la qualité des départements de médecine familiale et des groupes d'intérêt en médecine familiale dans les facultés de médecine. La qualité des candidatures a mené des échanges intéressants au sein du comité au moment de la sélection des récipiendaires.

Adhésion/Services aux membres
Le dernier rapport d’adhésion (au 31 août 2012) inscrivait 3600 membres à la section québécoise. Les orientations stratégiques des deux dernières années avec son plan marketing agressif confirment une augmentation de 13 % des membres de la Section depuis 2010 tout en ayant réussi à freiner son taux d’attrition.

Vos administrateurs automne 2012
d6-administrateur.jpg

De gauche à droite
Dre Maxine Pilon Dumas: représentante régionale (métropole)
Dre Marie-Claude Moore : représentante des résidents
Mme Nicole Cloutier : directrice générale
Mme Marie-Maude Morin : représentante des étudiants
Dr Antoine Groulx : président du conseil d’administration
Dre Dominique Deschênes : présidente
Dr Roch Bernier : directeur médical
Dre Éveline Hudon : représentante des membres
Dre Line Langlois : représentante des membres
Dre Marie-Pierre Dumas : représentante de la section enseignement
Dr Philippe Karazivan : représentant de la section recherche
Dre Justine Galarneau-Girard : vice-présidente par intérim aux communications

Absents sur la photo :
Dr Guy Béland : représentant des départements de médecine de famille
Dre Caroline Laberge : vice-présidente aux communications
Dre Jessica Lee : représentante des résidents
Dr Hanna Nicolas : représentant de la section intérêts particuliers ou pratiques ciblées
Dre Rose-Marie Patry : représentante régionale (Est-du-Québec)
Dre Anne-Patricia Prévost : vice-présidente au développement professionnel continu
Dr Jean Zigby : représentant du comité santé et environnement

La fin d’une expérience enrichissante (Dr Guillaume Charbonneau)
J’ai terminé les cinq ans de mon cycle présidentiel en novembre 2011. Pendant cette période, nous avons réussi à faire reconnaître la médecine de famille comme spécialité, nous avons travaillé avec les Groupes d’intérêt en médecine familiale (GIMF) et avec nos partenaires à stimuler l’attrait des étudiants en médecine pour la médecine de famille, et surtout, nous avons utilisé toutes les tribunes pour faire reconnaître la valeur de notre spécialité pour la santé des Québécois.

J’ai eu l’occasion de faire le bilan de ma présidence dans le rapport de 2009-2010. À titre de président sortant, j’ai travaillé sur le projet d’embauche d’un directeur médical. Au cours des dernières années, le Collège québécois des médecins de famille (CQMF) a vu le nombre de ses membres augmenter de manière importante et sa présence se consolider sur l’échiquier politique médical du Québec. L’embauche d’un directeur médical permettra au CQMF de poursuivre sa croissance et de remplir sa mission de façon optimale. Je souhaite beaucoup de succès au Dr Roch Bernier qui a été nommé à ce poste.

Dans le cadre de mon mandat, j’ai eu la chance de travailler avec des médecins de famille dynamiques de plusieurs régions du Québec et cela a été une grande source de motivation dans ma vie professionnelle. Je tiens à remercier tous les membres du conseil d’administration pour leur soutien et leur agréable compagnie. Je dois remercier particulièrement les autres présidents avec qui j’ai travaillé plus étroitement pour gérer les affaires du Collège.

Je remercie donc les Docteurs Bernard Lessard et Sophie Galarneau qui m’ont précédé ainsi que les Docteurs Antoine Groulx et Dominique Deschênes qui poursuivent aujourd’hui le travail.

d6-cqmf.jpgFinalement, je tiens à remercier tous les employés actuels et passés du CQMF. C’est grâce à leur travail au quotidien que le Collège réussit à remplir sa mission. Je tiens à remercier spécifiquement notre directrice générale, madame Nicole Cloutier, pour son excellent travail, sa rigueur, son honnêteté et surtout pour le grand plaisir que j’ai eu à travailler avec elle.


d6-Dominique Deschênes2.jpgDre Dominique Deschênes
présidente du comité de direction 2012 – 2014 nous …

La relève en médecine de famille au cœur de nos actions !
Que le CQMF devienne un acteur incontournable pour assurer la relève de la médecine de famille au Québec en facilitant l’engagement de nos jeunes membres » lors de mon premier discours officiel, il y a de cela un an déjà, j’affirmais que le CQMF avait le vent dans les voiles ! Je vous confirme aujourd’hui que cette lancée est source d’énergie et reflète l’engagement des médecins de famille impliqués au sein de notre organisation qui travaillent à faire rayonner notre mission soit de «développer, valoriser et promouvoir l’excellence en médecine de famille».


Valorisation de l’excellence en médecine de famille : un rôle assumé
Année après année, le CQMF continue de croire en la reconnaissance de ses leaders et ses experts en médecine de famille au Québec.

En plus de nos nombreux prix offerts annuellement, la création du Prix de la relève en médecine de famille lequel reconnaît les compétences en leadership d’un étudiant ou d’un résident, remis pour une 2e année consécutive, et cette fois, lors du 5e Symposium étudiant sur la médecine de famille à l’Université Laval en septembre dernier, témoigne de l’importance que le CQMF porte au soutien des Groupes d’intérêt en médecine familiale (GIMF).

Il est primordial que les médecins de famille soient en communication étroite avec les étudiants afin de leur transmettre, dès l’entrée à l’université, leur passion et stimuler ainsi l’intérêt d’au moins la moitié d’entre eux à faire de la médecine de famille leur choix de carrière.

Le CQMF participe activement au développement des GIMF en assurant une intégration et un soutien à ces derniers. La mise de l’avant depuis 2 ans d’une réunion provinciale des présidents des GIMF, lors du conseil d’administration du printemps du CQMF, constitue dorénavant une rencontre essentielle pour le développement d’une stratégie commune de promotion de la médecine de famille au Québec.

Assuré de la puissance des activités des GIMF en guise d’outils de promotion de la médecine de famille, le CQMF a défendu avec succès le renouvellement de l’entente du ministère de la Santé et des Services sociaux au soutien financier des activités de ces groupes.

Les enseignants en médecine de famille : des experts à reconnaître
Le CQMF prend en considération les défis grandissants des enseignants du Québec à former les résidents à pratiquer une médecine polyvalente malgré l’apparition de pratiques ciblées en médecine de famille. Nous comprenons que les médecins enseignants doivent guider les résidents à exercer leur expertise au sein d’une équipe interprofessionnelle. Nous savons également qu’ils atteignent ce but grâce à un cursus d’une moyenne de deux ans dans des Unités de médecine familiale (UMF) lesquelles sont rarement équipées d’un dossier médical électronique (DMÉ) malgré une société qui se veut à la fine pointe de la technologie. Le CQMF souhaite donc renforcer l’alliance avec les directeurs d’UMF du Québec afin de les aider à relever ces incontournables défis.

7 Actualité médicale février 2012

 


2013
d6-Dominique Deschênes3.jpgLe CQMF : un acteur incontournable aux yeux de la relève !8
Ma carrière de médecin de famille a débuté en 2006 tout comme mon implication au sein du Collège québécois des médecins de famille (CQMF). Après avoir siégé aux postes de vice-présidente du comité des communications et de présidente désignée, j’ai maintenant le plaisir d’entreprendre mon mandat de présidence du comité de direction après un redressement financier et organisationnel nécessaire effectué avec brio par l’équipe actuelle du CQMF. Cet exercice fut le théâtre d’une réflexion afin d’établir les priorités et les orientations qui guideront les prochaines années de notre organisation.

La raison d’être du CQMF se résume par sa devise: « développer, valoriser et promouvoir l’excellence en médecine de famille. »Pour ce faire, je souhaite maintenir les liens avec nos partenaires et constituer un réseau puissant avec les grands leaders du système de santé au Québec : médecins de famille, enseignants, directeurs de département de médecine de famille, équipes du ministère de la Santé ainsi que les autres organisations médicales du Québec.

J’ai la conviction que le « nouvo » CQMF a maintenant les outils nécessaires pour devenir « un acteur incontournable afin d’assurer la relève de la médecine de famille au Québec en facilitant l’engagement des jeunes membres.” Concrètement, voici les actions que je projette entreprendre pour arriver à cette fin.


 

  1. Participer activement au développement des Groupes d’intérêt en médecine de famille (GIMF) du Québec Le Collège des médecins de famille du Canada (CMFC) a créé les GIMF en 2003 après avoir observé une chute historique du nombre de demandes pour pouvoir aux postes en médecine de famille. Les études actuelles démontrent que les activités organisées par les GIMF sont des outils pertinents de valorisation et de promotion de la médecine de famille. Ainsi, le CQMF continue son soutien au réseau de communication fiable entre les six GIMF du Québec. Je m’engage également à appuyer financièrement le Symposium étudiant en renouvelant l’entente du ministère de la Santé en association avec les départements de médecine de famille.
  2. Élaborer de meilleures stratégies de communication et d’appui aux résidents Le CQMF actualise l’alliance avec les directeurs de toutes les unités de médecine familiale (UMF) du Québec afin de mieux cerner leurs besoins. Il m’est primordial de reconnaître les enseignants comme des experts en formation pédagogique et clinique. Le CQMF désire connaître et faire reconnaître les outils de formation les plus efficaces utilisés et valorisés par nos résidents.
  3. Assurer une communication avec les médecins en début de carrière Je désire faire la promotion d’un jeune comité très actif au sein du CMFC, le comité des « Cinq premières années de pratique ». De plus, le président sortant du CQMF, le Dr Antoine Groulx, souhaite axer son mandat sur l’organisation de la pratique; élément essentiel à un début de carrière heureux et efficient. Enfin, je vise à mettre sur pied un comité qui analysera la possibilité d’instaurer un système de mentorat, et ce, dès l’entrée des étudiants en médecine.


d6-Couverture .jpgCouverture de l’imagerie médicale
10 avril 2013 – Conférence de presse avec les Médecins québécois pour le régime public (MORP), l’Association médicale du Québec (AMQ) et le CQMF

Les médecins demandent la couverture publique de toute l’imagerie médicale au Québec
Les médecins et les étudiants en médecine du Québec demandent au gouvernement d’assurer la couverture publique de toute l’imagerie médicale, un maillon essentiel des soins offerts aux patients.

Rappelant que plusieurs examens (échographie, SCAN et résonance magnétique) sont défrayés par les patients quand ils sont réalisés hors de l’hôpital, ils demandent de mettre fin à ces exceptions à la Loi sur l’assurance-maladie, afin d’améliorer l’accès des patients et le fonctionnement du système de santé. Ils soulignent également qu'il est possible de couvrir dès maintenant l'échographie, dont les coûts et les modalités sont déjà bien balisés.

« C’est d’abord une question d’équité. Les patients doivent avoir accès aux examens selon leurs besoins de santé et non leurs moyens. L'exception pour l’imagerie hors hôpital n’a donc aucune raison d’être », a plaidé le Dr Alain Vadeboncoeur, président de Médecins québécois pour le régime public (MQRP), organisation à l’origine de cette prise de position. « La situation du Québec est une exception au Canada. Une meilleure intégration des ressources en radiologistes, en technologues et en équipement, dont le Québec est bien pourvu, permettra de diminuer l’attente. Mais le gouvernement paraît hésiter, alors il faut y voir » a-t-il ajouté.

La Dre Ruth Vander Stelt, présidente de l’Association médicale du Québec (AMQ), a renchéri: « Les examens d’imagerie sont médicalement nécessaires. Qu’ils soient dispensés dans des établissements publics ou dans des cliniques indépendantes, le patient ne devrait pas en assumer les coûts », ajoutant qu’avec « une meilleure coordination des installations d’imagerie en établissements et en cliniques, le réseau sera en mesure d’assurer une offre de services plus étendue, en diminuant les coûts globaux et en améliorant la pertinence de chaque examen. En bout de piste, c’est la population qui en sortira gagnante », a poursuivi la Dre Vander Stelt.

La Dre Dominique Deschênes, présidente du Collège québécois des médecins de famille (CQMF), a donné son appui à la démarche de MQRP. « Le Collège québécois des médecins de famille assure son soutien à cette démarche, qui favorisera une équité d’accès à l’imagerie pour tous les patients, en plus de faciliter les démarches d’investigation par l’imagerie. Les médecins de famille pourront ainsi effectuer leurs diagnostics plus efficacement et répondre aux besoins de la population dans les meilleurs délais. De plus, moins de patients seront dirigés aux urgences pour obtenir une échographie ou traiter des complications liées aux délais », a-t-elle déclaré.

Madame Valérie Martel, présidente de la Fédération médicale étudiante du Québec (FMEQ) a tenu à donner l'appui de l'ensemble des étudiants en médecine québécoise à la démarche en ces termes: « Nous pensons qu'il est essentiel, dans le système de santé où nous allons bientôt soigner les patients, que ce soit aussi facile pour un médecin de prescrire un examen d'imagerie que pour le patient de le passer, peu importe que l'examen soit réalisé, en clinique ou à l'hôpital. La couverture publique de toute l'imagerie va faciliter l'atteinte de ces deux objectifs. »

Le Dr Alain Vadeboncoeur a conclu ainsi: « Nous croyons que la couverture publique de l’ensemble de l’imagerie est non seulement souhaitable, mais aisément réalisable et relativement peu coûteuse, surtout en regard de ses impacts positifs structurants sur le système de santé ».

Médecins québécois pour le régime public regroupe près de 500 membres médecins, résidents et étudiants en médecine, qui se vouent à la défense et l'amélioration de notre système public de santé. Sa démarche se fonde sur les réalités de la pratique de la médecine, l’analyse des données scientifique et de l’économie des systèmes de santé et le dialogue interdisciplinaire.

L'Association médicale du Québec regroupe près de 10 000 médecins, résidents et étudiants en médecine. Sa mission est de rassembler l’ensemble des membres de la profession médicale du Québec, dans un contexte de réflexion et d’action, afin d’améliorer les conditions de pratique de la médecine et la santé de la population québécoise.

Le Collège québécois des médecins de famille, section provinciale du Collège des médecins de famille du Canada, regroupe plus de 3500 membres, majoritairement des médecins de famille, des résidents en médecine de famille et des étudiants en médecine du Québec. Le CQMF s’efforce d’améliorer la santé des Québécois et la qualité des soins de première ligne en travaillant à développer, valoriser et promouvoir l’excellence en médecine de famille.

La Fédération médicale étudiante du Québec, regroupant plus de 3700 étudiants au doctorat (MD) des quatre facultés de médecine du Québec, a pour mission de promouvoir et défendre les intérêts collectifs spécifiques aux étudiants en matière pédagogique, politique et sociale et de favoriser la communication et la collaboration entre les associations membres et leurs membres.

10 mai 2013, conférence de la présidente offerte lors du Colloque annuel du CMQ.
« La médecine de famille du futur ; une révolution de pratique ou de technologie »
Dans le cadre de son colloque annuel intitulé « La médecine du futur, ses promesses, ses défis », le Collège des médecins du Québec a abordé les technologies du futur concernant quatre spécialités médicales : la médecine de famille, la chirurgie, l'imagerie médicale et la génomique. La Dre Dominique Deschênes, médecin de famille et présidente du Collège québécois des médecins de famille, a partagé sa vision de la médecine de famille du futur et des conditions idéales pour la pratique d'aujourd'hui.

Après avoir évoqué la vocation des médecins de famille d'antan, citant en exemple le Dr Chabot et son «équipe interprofessionnelle» de l'époque, la Dre Deschênes a énoncé les grands défis qui guettent les spécialistes en médecine de famille d'aujourd'hui : l'accessibilité des services offerts à la population, la redéfinition de l'expertise du médecin de famille, la nouvelle réalité du patient-partenaire et de la littératie médicale populaire ainsi que la complémentarité intergénérationnelle.

Face à la difficulté d'appliquer des lignes directrices de pratique à des patients présentant des profils de plus en plus complexes, la Dre Deschênes est d'avis que certaines conditions devront être remplies afin de répondre aux besoins des patients et améliorer les conditions de pratique:


d6-Deschênes4.jpg«Nous devrons revoir la façon de dispenser les soins en première ligne. Cette réorganisation amènera le médecin de famille à se centrer sur son expertise unique, en lien avec une équipe interprofessionnelle et le plan d'autogestion du patient» a expliqué la Dre Deschênes. Elle a également abordé la question du statut du patient qui devient maintenant un spécialiste de sa maladie, une réalité à laquelle devra s'adapter le médecin de famille. «Le patient, on le veut partout désormais, jusque dans la définition des projets de recherche» a-t-elle ajouté.

La Dre Deschênes croit qu'un changement de culture s'amorce en médecine de famille : une révolution de pratique ET une révolution technologique. La grande force de cette discipline réside dans la polyvalence de l'expertise du médecin de famille. De plus, une réorganisation de la pratique s'impose avec une équipe interprofessionnelle efficace qui travaille en lien étroit avec le plan d'autogestion du patient. Enfin, on observe une certaine complémentarité intergénérationnelle qui se traduit par un langage et une vision commune au service des patients.



d6-Symposium.jpgSeptembre 2013, L’équipe du CQMF a rencontré les étudiants au Symposium

Lors du 5e Symposium étudiant sur la médecine de famille qui s'est tenu à l'Université Laval le 21 septembre dernier, plus de 450 étudiants des quatre facultés de médecine du Québec ont pu découvrir les différentes facettes de la médecine de famille. Le CQMF était sur place pour faire connaître son Collège et ses services auprès des étudiants.


d6-Symposium-Quebecois2.jpgLa Dre Dominique Deschênes, présidente du CQMF, a réitéré, lors de son allocution, l'appui du CQMF à la relève et en a profité pour remettre le Prix de la relève en médecine de famille à la résidente, la Dre Fazia Berkane.

Parmi les nombreux invités de marque, les étudiants ont eu le plaisir d'entendre la Dre Marie-Dominique Beaulieu, présidente du CMFC, et le ministre de la Santé et des Services sociaux, le Dr Réjean Hébert.


d6-Berkane.jpg
Le Prix de la relève en médecine de famille 2013.
Résidente à la Faculté de médecine de l'Université de Montréal et diplômée de l'Université Laval. La Dre Berkane a démontré clairement son leadership dans son implication très active au sein du GIMF de l'Université Laval pendant ses études médicales et comme rédactrice en chef de la revue Première Ligne

d6-Antoine Groulx.jpgMot du président sortant Dr Antoine Groulx
Si mes derniers mois au Collège québécois des médecins de famille (CQMF) ont été mon crépuscule, j’y aurai vu le soleil se lever sur une organisation à l’avenir éclatant!

Le CQMF occupe en effet aujourd’hui une place qui, même si elle lui était promise depuis longtemps, peinait à s’exprimer au grand jour. Le travail passionné de membres et surtout, d’administrateurs visionnaires et engagés pour la médecine de famille a su trouver à notre Collège une place au chaud sur l’échiquier québécois de la médecine de famille.

Cela dit, être au chaud ne signifie pas toujours farniente! Prendre position, s’affirmer, se faire valoir, se commettre et se faire voir, vient avec son lot de défis et de responsabilités. Avec la maturité acquise au cours des dernières années, le CQMF suscite aujourd’hui pour les uns l’admiration et l’espoir alors que pour certains autres, il est devenu un concurrent, voire même une menace.

Les occasions et enjeux délicats et complexes sont dorénavant légion. La grande retraite du printemps, mon dernier lègue au Collège, aura su démontrer avec ostentation (terme au goût du jour…) l’envergure des défis de l’avenir pour notre belle spécialité. De la redéfinition du rôle du médecin de famille à sa polyvalence en passant par son rôle au sein du monde professionnel qui évolue avec lui, rien n’assure aujourd’hui un siège réservé pour les disciples de McWhinney. Seul le développement d’une capacité de recherche et de leadership alimenté par un souci constant de répondre aux besoins de nos patients saura légitimer un avenir heureux pour notre profession.

L’équipe du CQMF, du bureau aux administrateurs, incarne selon moi l’unité stratégique parfaite pour assurer cet avenir : agile, innovatrice, enthousiaste et visionnaire. C’est indiscutablement l’affaire de toute cette équipe si notre organisation brille aujourd’hui comme jamais. Ce sera aussi inéluctablement en grande partie grâce à elle et mes rayonnantes successeures que la médecine de famille brillera demain.

Docteure Dominique Deschesne en décembre 2013 dans la revue l’Actualité médicale :
Lors de mon premier discours officiel, il y a de cela un an déjà, j’affirmais que le CQMF avait le vent dans les voiles! Je vous confirme aujourd’hui que cette lancée est source d’énergie et reflète l’engagement des médecins de famille impliqués au sein de notre organisation qui travaillent à faire rayonner notre mission

La relève en médecine de famille au cœur de nos actions
Lors de mon premier discours officiel, il y a de cela un an déjà, j’affirmais que le CQMF avait le vent dans les voiles! Je vous confirme aujourd’hui que cette lancée est source d’énergie et reflète l’engagement des médecins de famille impliqués au sein de notre organisation qui travaillent à faire rayonner notre mission.

Les enseignants en médecine de famille : des experts à reconnaître
Le CQMF prend en considération les défis grandissants des enseignants du Québec à former les résidents à pratiquer une médecine polyvalente malgré l’apparition de pratiques ciblées en médecine de famille. De plus, nous sommes soucieux que les Unités de médecine familiale (UMF) ne soient pas toutes équipées d’un dossier médical électronique. Le DMÉ permettrait l’amélioration de l’excellence des soins prodigués aux patients et constituerait un outil efficace de l’évaluation de la qualité de l’acte. Le CQMF souhaite donc renforcer l’alliance avec les directeurs d’UMF du Québec afin de les aider à relever ces incontournables défis.

Le développement et la promotion de la médecine de famille au Québec : un rôle en évolution
Le CQMF est soucieux de s’adapter aux besoins de ses membres qui prodiguent des services de qualité dans une société qui remet en question l’efficacité des services offerts en première ligne. Notre équipe appuie les principes du Centre de médecine de famille du Collège des médecins de famille du Canada (CMFC) qui sont au cœur des grands débats actuels de notre société en soins de santé : l’accessibilité aux soins de première ligne, la polyvalence, le travail interprofessionnel de même que l’organisation d’une pratique qui s’articule autour des plus récentes technologies.

Médecins de famille en début de carrière : que pensez-vous du mentorat?
Le CQMF a décidé d’unir ses forces au CMFC en travaillant de pair avec son comité des Cinq premières années de pratique. Le CQMF propose une réflexion riche et approfondie sur la définition du mentorat de même que sur les initiatives existantes au Québec à ce sujet.

Je souhaite donc avoir le plaisir de croiser votre chemin en 2014 et de prendre le temps de discuter avec vous des initiatives du CQMF de même que de l’avenir de la médecine de famille au Québec!

8 Actualité médicale janvier 2013




2014
d6-AnnePatricaPrevost_Web.jpgDre Anne-Patricia Prévost :Le programme MAINPRO®: une évolution adaptée au médecin de famille d’aujourd’hui

Mis sur pied il y a près de vingt ans par le Collège des médecins de famille du Canada (CMFC), le programme de maintien de la compétence professionnelle le plus achalandé au pays s’est adapté avec les années aux besoins de plus en plus diversifiés de ses participants.

Les activités de développement professionnel continu (DPC) maintenant offertes misent sur la personnalisation des contenus, la flexibilité des méthodes d’apprentissage et les nouvelles technologies. Des ateliers en petits groupes, des apprentissages en ligne, des lectures orientées, des approches réflexives fondées sur des données probantes et bien d’autres moyens de formation rejoignent les préoccupations et l’agenda chargé du médecin de famille d’aujourd’hui.

Depuis janvier 2013, chaque médecin membre du programme MAINPRO® doit déclarer au moins 25 crédits par année, pour totaliser un minimum de 250 crédits par cycle de cinq ans. La soumission des crédits en ligne est simple et rapide et un profil individuel peut être imprimé en un clic de souris!

Comment adhérer à MAINPRO®?
Devenir membre du CMFC et, du même coup, adhérer au programme MAINPRO®, il suffit de remplir une demande d’adhésion et la soumettre en ligne au bureau du CMFC.

Vous pouvez également communiquer avec le Service d’adhésion par courriel: adhesion@cfpc.ca.

Le DPC au quotidien: une semaine type dans la vie d’un médecin de famille occupé… À l’agenda:


Les retombées pour ma pratique:

  1. Lundi midi, j’ai mis à niveau mes connaissances sur les troubles du sommeil chez l’enfant (PGBP) en révisant et partageant avec mes collègues les dernières études et j’ai appris beaucoup de trucs et astuces à donner aux parents. Lundi soir, suite à l’évaluation de la qualité de l’acte, j’ai mis en place des stratégies pour réduire les situations où la contraception n’était pas adéquate, un plus pour notre communauté!
  2. Mardi, j’ai intégré et pratiqué les nouvelles recommandations du NRP.
  3. Mercredi, j’ai dû approfondir mes connaissances avec l’aide de UpToDate sur un syndrome rare que présentait un patient que j’ai admis sur ma garde: le syndrome de Clarkson.
  4. Vendredi, j’ai appris à concevoir un plan de remédiation pour l’étudiant en difficulté, utile dans mon travail d’enseignante à l’UMF.
  5. Samedi, j’ai révisé l’étude sur le bénéfice des infiltrations de cortisone, par rapport à la physiothérapie, afin de mieux m’outiller dans mon enseignement aux résidents et ainsi présenter l’article au club de lecture.
  6. Dimanche, j’ai maintenant un plan d’action pour ma consultation de la semaine prochaine avec ma patiente enceinte qui semble déprimée.


Mon portfolio de la semaine :
Comme membre du Collège québécois des médecins de famille (CQMF), mon portfolio en DPC suit les exigences du programme MAINPRO® du CMFC. Ma réflexion sur ma pratique et ma clientèle ainsi que l’évaluation de mes besoins présents et futurs m’ont orientée vers les activités de formation les plus pertinentes.

Pour la semaine type présentée, faisons le compte des crédits accumulés:


Total: 16 heures de crédits admissibles.

Un autre tour de roue?
Une autre semaine s’amorce, tout aussi passionnante que la précédente, et je réalise comme il est facile d’accumuler des crédits tout en me sentant à jour et compétente dans ma pratique. Finalement, on n’a jamais fini d’apprendre, et c’est tant mieux.

d6-Maxine Dumas-Pilon.jpgEn mai dernier La Dre Maxine Dumas-Pilon, présidente désignée du Collège québécois des médecins de famille, participait aux activités de lancement de cette campagne pour souligner l'importance de prendre des pauses pour la santé mentale et pour la santé physique. Le lancement a eu lieu le dimanche 4 mai, à 10h, au Musée Mc Cord.


Développement professionnel continu
Congrès interprofessionnel :
Au printemps 2014, 1re initiative conjointe avec le Groupe Santé Caméléo, congrès interprofessionnel « Lésions musculo-squelettiques et gestion de l’invalidité » a connu un vif succès. Le CQMF souhaite reconduire cette initiative innovatrice pour une nouvelle édition en 2016.
d6-musculo.jpg


Témoignage en juin dernier de certains présidents pour le 60e anniversaire du CMFC et du CQMF
Le CMFC et le CQMF à votre service depuis 60 ans!


d6-Roch Bernier.jpgDr Roch Bernier, président 1984 – 1985
Je me souviens très bien de ma première participation à une assemblée scientifique du CMFC à Toronto au début des années 1980.  Ce qui m'avait particulièrement impressionné, c'était le très grand nombre de participants de générations diverses qui avaient permis plusieurs rencontres de qualité : Don Rice, Brian Hennen et Joan Bain pour ne nommer que ceux-là.

Ce qui était particulièrement inspirant pour le jeune médecin de famille que j'étais alors, était l'engagement profond et tenace de ces personnes envers la discipline de la médecine de famille et la nécessité d'obtenir au préalable une formation spécifique pour l'exercer :  Programme de formation post doctorale et Examen de certification.  Quel chemin parcouru depuis, au Québec et dans l'ensemble du Canada !  Bravo au CMFC et bon 60e anniversaire.

d6-Sophie Galarneau.jpg
Dre Sophie Galarneau, présidente 2006 – 2008
Le CQMF est un lieu de rassemblement de collègues qui partagent les mêmes valeurs sur la discipline de la médecine de famille. Mon passage dans cet organisme et son relais national le CMFC a totalement changé ma vie professionnelle et m’a permis d’intégrer une communauté exceptionnelle de médecins engagés à travers le Canada. Mon expérience au sein du CQMF me permet d’affirmer que la relève est là.

d6-Alain Pavilanis.jpgDr Alain Pavilanis, président 1990 - 1991
Le Collège québécois des médecins de famille constitue, en quelque sorte, mon domicile médical intellectuel. Le CQMF m'a donné l'occasion de côtoyer des médecins de famille remarquables, qui donnent de leur temps pour l'avancement de la discipline de la médecine familiale tout en travaillant pour le bien de la population. C'est une organisation unique, qui m'a apporté beaucoup plus que je n'ai pu contribuer. Demeurer membre du CQMF, c'est tout simplement demeurer membre de ma famille -- une famille qui accomplit beaucoup. C'est tant une affaire de tête qu'une affaire du cœur.


d6-Réjean Ménard.jpg
Dr Réjean Ménard, président 1985 - 1986
Au début de ma pratique (1971), j'ai durement expérimenté  mon manque de formation en soins de première ligne. J'ai alors découvert que le CMFC était la seule institution qui prônait une formation uniforme et spécifique en médecine familiale au pré doctorat et s'assurait de son maintien de compétence dans la future pratique du médecin gradué. À l'époque avec des confrères motivés à la cause, j'ai participé à la promotion de cette formation "spécifique" en médecine familiale au Québec maintenant bien reconnue par la population comme la pierre d'angle des soins de qualité et d'efficacité dans le réseau actuel.


d6-Harold Dion.jpgDr Harold Dion, président 2000 – 2003
Je suis membre du CQMF parce que je rencontre des collègues à travers le Québec et le Canada qui partagent la même passion que moi pour la médecine familiale. De plus, je partage les mêmes intérêts que le Collège, c'est-à-dire, le DPC, la santé environnementale, l'activité physique, la santé mondiale, l'auto-soin, etc... Enfin, la devise du Collège "L'étude est notre force'" m'a guidé tout au long de ma carrière.


d6-GUILLAUME CHARBONNEAU.jpg
Dr Guillaume Charbonneau, président 2008 - 2010
Le CMFC est une organisation dynamique qui permet à notre spécialité de progresser et de s’adapter constamment au besoin de nos patients.  Des leaders en médecine de famille de l’ensemble du pays s’y sont impliqués dans les 60 dernières années et cela a permis aux médecins de famille d’être entendus d’un océan à l’autre.  Je vous encourage à vous y impliquer pour faire partie de l’histoire des 40 prochaines!

d6-Maxine-Dumas-Pilon-e1406642222530.jpgDre Maxine Dumas-Pilon, présidente désignée 2012 – 2014
C’était un beau mardi de juin. Il faisait beau et chaud. Les cocktails étaient frais. Dominique Deschenes m’amenait souper. Avec son enthousiasme légendaire, elle me parlait de tous les projets du CQMF : le développement médical continu, le mentorat, les partenariats avec Acti-Menu, l’Assemblée scientifique annuelle, les activités du Collège canadien, les partenariats en recherche… Dans ma candeur des jours d’été, je l’écoutais, assez émerveillée devant tant d’énergie. Et puis des mots sont tombés : l’organisation de la première ligne et le modèle du Centre de médecine de famille. Développer, valoriser et promouvoir l’excellence en médecine de famille. Mes yeux se sont ouverts très grands, je me suis inclinée vers l’avant pour mieux entendre, pour mieux comprendre. Elle a précisé sa pensée.   C’en était fait... J’étais séduite. La possibilité de faire une différence pour ma discipline, mais surtout pour les gens, nos patients, avec cette médecine que j’aime tant. Lorsque sa question est arrivée, ``Maxine, voudrais-tu te présenter pour être la prochaine présidente désignée? j’ai fait semblant d’hésiter. Mais en mon for intérieur, je connaissais très bien la réponse. Oui.   Avec joie, inspiration et conviction.

Nouveau code d’éthique CQDPCM
Les programmes nationaux qui souhaitent tenir des activités au Québec sont, depuis juin dernier, accrédités obligatoirement par un accréditeur du Québec. Les raisons qui ont mené le CMFC et le CQMF à adopter cette nouvelle procédure résident dans l’application du nouveau Code d’éthique du CQDPCM.

Relations gouvernementales
Le CQMF a été informé en août dernier que le soutien financier qui était offert aux Groupes d’intérêt en médecine familiale (GIMF) par le MSSS ne sera pas maintenu. L’entente qui impliquait 5000 $ à chacun des GIMF en plus d’un 10 000 $ additionnel pour la tenue du Symposium étudiant ne sera plus reconduite. Les raisons qui ont mené à une telle décision sont expliquées par les compressions budgétaires annoncées par le nouveau gouvernement. Le CQMF avec les directeurs de département de médecine de famille et les leaders étudiants présidents des GIMF tenteront d’user d’innovation pour la survie des activités de ces groupes.

Direction et Conseil d’administration et comités
Les membres du conseil d’administration ont reçu en juin dernier les premières recommandations du consultant stratégique en ce qui touche aux orientations stratégiques proposées suite aux diverses consultations individuelles effectuées. La première d’entre elles est la dissolution du conseil d’administration actuel (20 membres) à une structure plus étoffée pour mener à bien à la gouvernance du CQMF (7 à 9 membres). La nouvelle structure proposerait des groupes de travail en réponse aux besoins et à la mission du CQMF de même que des comités permanents pour les besoins continus et essentiels du CQMF (c.-à-d. DPC, Octrois et Bourses, etc.) et des forums pour maximiser l’implication des membres, le réseautage, etc. À la séance du C.A. de novembre, la présidente désignée, la Dre Maxine Dumas Pilon, qui pilote ce dossier, présentera aux membres la nouvelle structure proposée pour une possible mise en application dès 2015.

Mentorat
Le nouveau comité spécial de mentorat terminera la phase 1 de ses travaux à l’automne 2014. À la suite del’analyse de la littérature à ce sujet et à la participation au congrès de l’ACFASS en mai dernier, le comité reconnaît le besoin actuel des jeunes médecins à recevoir du soutien efficace en début de carrière. Il est ainsi question pour l’instant de la mise de l’avant d’un projet de démarrage pour l’automne 2015 avec une possibilité de créer une communauté de pratique au service des mentors et des formations aux futurs mentorés & mentors. Pour se faire, il est essentiel que le CQMF embauche un coordonnateur qui, associé à un médecin responsable, pourra superviser la création d’un programme de mentorat provincial.

Célébration du 60e
Le CQMF, à la suite des célébrations du 60e du CMFC, a mis sur pied un comité 60/20 lequel travaille à fouiller les archives pour la reconstitution de l’histoire de la Section provinciale du CMFC au Québec, le CQMF. L’équipe présidé par le Dr Roch Bernier et composé de l’ancienne directrice du CQMF, madame Danielle Gendron, et avec l’aide indispensable de la directrice des services bibliothécaires, madame Lynn Dunikowski, terminent bientôt l’analyse d’archives et pourront amorcer la deuxième partie du projet soit celle de la création d’un site Web complètement dédié à l’histoire du CQMF. Le CQMF souhaite profondément l’implication des quatre départements universitaires pour effectuer l’histoire des programmes en médecine de famille au Québec. Ces travaux se jumelleraient à ceux de l’histoire du CQMF et ces derniers pourraient utiliser l’espace du site qui leur serait dédié.

d6-Personnel.pngPersonnel
Mme Pascale Rolland, adjointe à la direction a terminé son emploi en juillet dernier. Comme vous pouvez le constater, tout le personnel de la dernière décennie trouve des petits moments comme ce départ, pour se revoir.

De gauche à droite mesdames Caroline LaBrie, Myriam Guévremont, Marie-Josée Campbell, Nicole Cloutier, Pascale Rolland et Danielle Gendron.


d6-marc-andre.jpgDr Marc-André Lavallée, prix de la relève en médecine familiale
Le 20 septembre dernier a eu lieu la 6e édition du désormais célèbre “Symposium étudiant” organisé par les GIMF du Québec. Tenu à McGill, les organisateurs ont su relever le défi avec brio afin de mettre à l’avant-plan les différentes facettes de la médecine de famille.

C’est lors de cet évènement que le CQMF a décerné le prix de la relève en médecine de famille. Ce tout nouveau prix instauré en 2013 reconnaît les compétences en leadership d’un étudiant ou d’un résident en médecine de famille s’étant clairement démarqué parmi ses pairs.

Cette année, il nous fait plaisir d’honorer Dr Marc-André Lavallée, externe lors de la mise en candidature et aujourd’hui résident en médecine de famille à l’Université de Montréal. Il entame sa première année de résidence à l’UMF Maisonneuve-Rosemont et poursuivra sa deuxième année de résidence à l’UMF de Maria en Gaspésie.

Dr Lavallée s’est impliqué pendant son préclinique comme représentant de sa promotion pendant 3 années consécutives, pendant lesquelles il s’est efforcé à créer un esprit d’unité parmi ses collègues et à promouvoir la responsabilité sociale des étudiants en médecine. Impliqué très tôt dans les stages internationaux au sein d’IFMSA (International Federation of Medical Students’ Associations), il a par la suite mis sur pied un stage pour les étudiants du préclinique auprès de clientèles vulnérables et négligées du Québec. Cette expérience ayant connu un vif succès, la faculté de médecine de l’Université de Montréal a collaboré avec lui afin de rendre ce stage accessible à tous lors de l’externat, et dorénavant sur quatre campus. Ce concept a même acquis une renommée internationale et il a pu le présenter lors de nombreux colloques d’envergure!

À travers tout ce dévouement, c’est par la médecine de famille que Dr Lavallée voit les possibilités infinies de partenariat et collaboration avec ses patients et en équipe multidisciplinaire. Il voit la médecine de famille comme le meilleur outil pour comprendre ses patients et les facteurs biopsychosociaux et environnementaux qui les rendent malades.

Le CQMF félicite donc chaleureusement Dr Lavallée, un médecin aux qualités humaines et sociales exemplaires. Nous tenons à souligner par cette reconnaissance le leadership de cet étudiant et le modèle de rôle qu’il peut amener avec une énergie contagieuse. Il sera certainement un vecteur positif au sein de notre belle profession…

Je vous encourage à penser dès maintenant aux candidats que vous souhaitez soumettre pour le prix en 2015. Il s’adresse à des résidents en médecine de famille ou encore des externes ayant clairement démontré leur intérêt pour notre belle spécialité. Les candidatures peuvent être proposées par les membres des GIMF, par les responsables de la formation prédoctorale en médecine de famille, ou par les directions de programme de résidence en médecine de famille des facultés de médecine du Québec. Elles peuvent également être proposées par un étudiant, un résident ou un enseignant en médecine de famille. Vous trouverez tous les détails sur notre site internet sous l’onglet Octrois et Bourses.

d6-ruth.jpgC’est en octobre dernier par Mme Ruth Cybère à joint l’équipe du CQMF en remplacement de Mme Pascale Rolland.


Le CQMF continue de maintenir ses initiatives stratégiques :


slide2004-2014.png


slide1954-2014.png


Voici une partie de la reconstitution des 60 ans du Collège québécois des médecins de famille.

Il reste encore du travail à faire c’est à suivre.

Il serait intéressant si vous possédiez des informations, photos, anecdotes, découpures de journaux de les faire parvenir au CQMF. Nous sommes conscients que vous êtes plusieurs médecins de famille à avoir été impliqués de près ou de loin au sein du CQMF et si par mégarde nous avons oublié des personnes importantes, nous nous en excusons à l’avance.

Le premier logo
d6-logo1.png


début 2000
d6-logo2.jpg


2011
d6-logo3.png


Nombre de membres du CQMF:
1954 =38
1964 =75
1974 = 170
1984 = 878
1994 = 2 338
2004 = 2 274
2014 = 4 123

Coût de l’adhésion pour un membre actif :
1955 = 15.00 $
2014 = 941 $

1954….
d6-1954.jpg


2014…
d6-2014.jpg


Que d’évolution…

Que des hommes anglophones sur le comité exécutif jusque dans les années 198…
Le Dr Réjean Ménard me mentionnait dernièrement qu’en 1978 il n’était que deux francophones au conseil d’administration. À l’époque il siégeait sur le comité des assemblées scientifiques. Il est important aussi de noter qu’une seule femme médecin était au Conseil d’administration.

En 2014, les postes de direction sont presque tous comblés par des docteures. Tout un changement.

La santé financière est moins précaire qu’au début…

Continuer à suivre l’évolution et en 2024… l’histoire sera plus facile à suivre… 

 

monfolio.ca